La bourgeoisie dans tous ses états

Alors que le "bon peuple" peut enfin savourer le plaisir de se retrouver et de respirer, les classes dominantes s'efforcent de compter les points en resserrant les boulons et en profitant de la grande peur de la pandémie. Mais "la Commune reprend sens dans le paysage que nous voulons renaturer" (Raoul Vaneigem)

Ayant colonisé l'Etat depuis belle lurette, la bourgeoisie est malgré tout inquiète des suites désastreuses de la profonde médiocrité dont a fait preuve sa technocratie sanitaire et le fait que notre pays se trouve à la cinquième place des nations les plus éprouvées par la pandémie. Il n'y a pas de quoi pavoiser !...

On peut donc nommer un politicien fade et incolore à la Cour des Comptes puisqu'il ne s'agira que d'observer les déficits, et on fait déjà une croix sur le deuxième tour des élections municipales avec un désastre programmé pour LREM, dont les naufragés du premier tour s'agrippent aux bouées de sauvetage de l'ex-UMP sarkozyste pour tenter de gagner le moindre strapontin...

Quant à l'inénarrable Collomb, il risque d'entrer dans la guide Guiness des records, comme étant devenu le champion du monde de la girouette !

Mais cette France d'en haut espère bien tirer son épingle du jeu car elle spécule sur le fait que la saison estivale sera propice à l'oubli de la terrifiante menace du virus ainsi qu'aux turpitudes policières qui auront marqué ce début juin avec les ignobles meurtres racistes...

On pourra sans doute venir nous abreuver de statistiques incompréhensibles que les experts en économie commenteront à qui mieux mieux au cours d'interminables débats sur des tables rondes organisées par les médias aux ordres : basta !

En attendant la récession économique annoncée, la Bourse s'agite et fait grimper les actions du CAC/40...

Si le muscadin de l'Elysée n'infléchit pas radicalement sa ligne politique vers la restauration conséquente des services publics et surtout avec l'amélioration significative de la condition sociale de cette France d'en bas qui vient de sauvegarder la vie du pays par son esprit de solidarité, il devra faire face à une contestation d'ampleur nationale, qui pourrait se traduire avec violences.

Et cette fois-ci, nous serons véritablement en guerre.

Les Français n'ont plus la mémoire courte.

Nb/  Je viens de recevoir ce mail de Raoul Vaneigem :

"Nous sommes entrés dans une ère de résonances. Le vécu ne s'accommode plus de coïncidences et de convergences. Il s'ouvre à une attraction passionnelle, à une poésie qui infléchira le cours de l'histoire, jusqu'à présent déplorable...

La Commune reprend sens dans le paysage que nous voulons renaturer."

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.