mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart lun. 30 mai 2016 30/5/2016 Dernière édition

La comédie électorale

On pourrait évidemment gloser sur l'inévitable réélection d'un ancien officier du KGB à la tête de la Russie, ce nouveau Tsar de l'après soviétisme. On pourrait en conclure que la formule sanctifiée par Jean-Paul Sartre (dans "Les Temps modernes" en 1973) "Elections, piège à cons", est ainsi validée. On pourrait aussi s'interroger comme l'a fait Pierre-Joseph Proudhon au moment de l'élection-plébiscite de Louis-Napoléon Bonaparte sur le suffrage universel. On pourrait...

Elections, piège abscons ? Elections, manipulation ? Elections, mystification ?

Oui, tout cela me semble vrai. Mais, comme l'écrit avec pertinence Emmanuel Todd, "Acceptons la réalité : nous avons changé de système politique, nous sommes en régime oligarchique. Dénoncer ne suffit pas. Il faut comprendre, percer le voile de l'opacité, dire qui sont les oligarques, quels sont leurs réseaux, quelles sont leurs valeurs, morales ou (plutôt) boursières."

Dans mon billet sur le Charybde et Scylla européen, je me permettais d'introduire ce qui me parait essentiel, à quelques jours de la consultation présidentielle : quelle va être la position de la France face à cette Europe libérale à domination allemande ?

Tout le reste me semble mineur, secondaire, presque superficiel tant les problèmes , tous les problèmes de notre pays sont conditionnés par cette question liminaire, principale, prioritaire.

Nicolas Sarkozy peut amuser la galerie avec ses emportements verbaux et ses postures grotesques, il n'est plus le personnage principal de la comédie électorale. Mais François Hollande, s'il veut être élu et bien élu, doit aborder le chantier européen avec clarté, force et franchise. Sans petites phrases et sans effets de manche. Il lui faut sortir de la comédie électorale pour s'adresser directement aux Français.

Sinon, on pourra dire comme la plupart des commentateurs le font à propos de Poutine : "notre système politique est une mystification et une tyrannie"*

* Pierre-Joseph Proudhon (Théorie du mouvement constitutionnel au XIXe siècle)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Ne peut-on pas aussi voir, derrière ces élections, le mouvement de protestation qui se manifeste depuis 2 mois : comme un souffle, l'espoir d'un peu plus de démocratie en Russie ?