La transgression

Face au déferlement de réactions négatives concernant mon dernier billet, dont je peux comprendre le bien-fondé (politique, écologique, militaire), je tiens non pas à me justifier mais à expliciter mon point de vue. Car ce n'est ni l'exploit technologique ni l'exploit sportif que j'ai salué mais l'acte transgressif d'un homme qui a eu le culot de tutoyer l'utopie.

En effet j'ai découvert au cours de mes recherches dans les archives des Clubs rouges de la Commune de Paris plusieurs séquences de débats sur l'émancipation par la maîtrise de l'espace aérien, ce qui m'a semblé tout à fait logique consécutivement aux deux sièges insupportables subis par une population de deux millions de citadins.

D'où le recours aux ballons gonflés à l'air chaud qui permettront de communiquer avec la province (laquelle répondra par le truchement des pigeons voyageurs), dont Gambetta profitera pour sortir de l'encerclement prussien, et enfin que le Conseil de la Commune prendra en considération sous la direction de Paschal Grousset ; tout cela est rapporté fidèlement dans "Les 72 Immortelles".

Au-delà de cette quête dérisoire et désespérée des Communeux, ce qui m'a surtout frappé dans les idées proférées au cours de ces nuits fièvreuses de discussions dans les églises de Paris, c'est le désir d'utopie qui s'est exprimé.

Un désir collectif, populaire et fraternel que viendra bientôt fracasser le rouleau-compresseur des Versaillais : on ne transige pas avec les moutons noirs, avec celles et ceux qui ont osé transgresser l'ordre bourgeois !

Sévèrement châtié et remis à sa place, le désir de transgression s'est lentement évaporé pour refaire surface de temps en temps lors des convulsions syndicales et politiques du XXe siècle où n'a jamais cessé l'exploitation de l'homme par l'homme. Puis l'utopie des lendemains qui chantent a été étranglée par le stalinisme...

Aujourd'hui où un individu (quel qu'il soit) a incarné le vieux rêve humain de pouvoir voler, la silhouette de Franky Zapata encadrée par deux hélicoptères aux abords de la côte anglaise est le symbole de la transgression. Un bond au dessus de la Manche qui est autrement plus important voire dangereux que des effets de parade sur les Champs Elysées

Or l'utopie est bien souvent le catalyseur de la transgression mentale...et le courage qu'elle implique.

Donc l'utopie serait-elle l'arme absolue pour combattre l'ignominie capitaliste ?

Osons.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.