Sommes-nous condamnés à la camisole de force politique ?

Alors qu'il y a 231 ans, l'aristocratie française feignait de renoncer à ses privilèges lors d'un mémorable happening nocturne qui a marqué notre histoire des dupes, on est bien obligé de constater aujourd'hui, que notre société est corsetée par les classes dominantes qui composent la bourgeoisie...

...et en l'occurrence par cette "bourgeoisie intellectuelle, une élite héréditaire", comme vient de l'analyser brillamment Pierre Rimbert, dans le dernier numéro du Monde diplo.

Quand je fais la recension de tous les billets de ce blog écrits et postés depuis le début de cette année 2020, j'en tire la désolante conclusion que l'on nous oriente peu à peu vers la falaise du haut de laquelle nous allons être précipités.

En effet, la pandémie agissant comme un précieux auxiliaire de la monarchie républicaine qui règne sur nous, a brutalement accéléré l'emprise de la bourgeoisie sur la société, qui glisse ipso facto dans la résignation et la léthargie...

Et comme les môles de résistance à cet inéluctable et kafkaïen emprisonnement matériel et psychique restent aux abonnés absents, le pouvoir régalien a décidé de mettre la "France d'en bas" sous camisole de force politique, dont le tissu rêche lui est gracieusement fourni par la Ve République, inventée par "l'idole du 18 juin".

Alors que faire pour éviter d'enfiler cette terrifiante chemise d'impuissance et d'immobilisme ?

En faisant appel au puissant instinct de conservation qui habite chacun de nous, pourquoi ne pas rassembler et mobiliser la population sur cette idée simple du bien public ?

Réclamer, revendiquer, exiger les services publics. Avec des budgets correspondant non seulement à leur maintien mais aussi à leur développement...

Une mesure à prendre d'urgence parmi bien d'autres : la Santé* plutôt que la Guerre !

Vol au dessus d'un nid de coucous. 

* la puissance publique devrait en priorité aller à la recherche médicale, et en tout premier lieu, au vaccin contre le coronavirus

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.