De Kubrick à Castano, le flamboyant Kirk Douglas

Il aura traversé tout le XXe siècle en imprimant une trace fulgurante dans l'histoire du cinéma, la marque de quelqu'un qui sait choisir les personnages qu'il souhaite incarner dans un monde dur et inhumain où les archétypes prennent une valeur exemplaire...

...notamment celle de l'officier faisant fonction d'avocat qui tente désespérément d'arracher quelques malheureux soldats au peloton d'exécution dans l'admirable "Les sentiers de la gloire", et surtout l'inoubliable figure du meneur des esclaves révoltés dans "Spartacus".

Kirk Douglas, l'homme à la célèbre fossette au menton, aura inscrit son nom aux génériques de films prestigieux qui jalonnent l'histoire du cinéma donnant le meilleur de lui-même aux plus grands cinéastes mais accordant aussi leur chance à des réalisateurs qui débutaient.

Ce fût le cas pour un jeune homme doué, qui avait été mon assistant en 1974, sur le tournage du film "Dreyfus ou l'intolérable vérité" : Xavier Castano.*

En 1990, "le géant d'Hollywood" avait accepté le rôle principal du premier film de ce jeune cinéaste qui venait de faire ses preuves en dirigeant la seconde équipe de "l'Ours" de Jean-Jacques Annaud.

C'est ainsi que le film "Veraz" fût réalisé dans les Hautes Pyrénées en proposant un véritable hymne à la nature et à la protection des animaux sauvages.

Ecrit par Noël Sisinni, "Veraz" raconte l'initiation écologique d'un adolescent (joué par Jean-Michel Portal) par un vieil américain (Kirk Douglas) vivant en ermite dans la montagne, en compagnie des ours...

Il lui transmet son amour de la nature, et le fruit de sa sagesse qui est le respect absolu de l'environnement et la sauvegarde de la faune menacée !

Cette oeuvre un peu naïve mais roborative, qui magnifie les grandioses paysages montagnards, donna l'occasion à l'acteur américain de faire une superbe composition, aussi extraordinaire que celle qu'il avait faite pour "Un acte d'amour" d'Anatole Litvak en 1953.

Mais les historiens du cinéma sauront mieux que moi-même, évoquer les grandes dates de cette carrière quasi centenaire, à nulle autre pareille !

En tout cas, Kirk Douglas restera dans notre mémoire collective, comme l'image même de l'homme révolté.

Jean A.Chérasse

* nous avions fait connaissance sur un marché où il vendait des oranges.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.