Mithridate

J'abandonne aujourd'hui ma casquette d'imprécateur pour exprimer mon enthousiasme vis à vis de la diffusion de «Mithridate», une pièce de Racine, écrite en 1672, captée au Théâtre national de Strasbourg en 2020 et programmée sur France 5...

... car non seulement la mise en scène d'Eric Vigner a scrupuleusement respecté l'admirable texte de Jean Racine - dont elle restitue le prononcé de la versification - mais sa réalisation audiovisuelle, due à Stéphane Pinot, est un modèle d'intelligence et de subtilité !

Le tout dans un espace lisse et indéfini délimité par un grand rideau de perles scintillant et une mappemonde à l'ancienne. 

Quant au rôle-titre, formidablement tenu par Stanislas Nordey, fils de Jean-Pierre Mocky, qui est aussi le Directeur du Théâtre National de Strabourg, il incarne à la perfection le désespoir de l'homme aux prises avec le vide, le mensonge et la trahison...

Cette évocation d'un épisode obscur des tribulations d'un monarque oriental en perdition n'est en réalité qu'un prétexte pour explorer la précarité existentielle d'une société qui est en train de disparaître ; et, cet oratorio funèbre et crépusculaire de Racine, conçu au cours de la période où Louis XIV n'hésitait pas à répandre en Europe les ravages de la guerre, a une résonance moderne aujourd'hui où nous sentons craquer de toutes parts la civilisation construite par le progrès économique et technique du capitalisme depuis les Lumières.

Par ailleurs, cette pièce, qui a été montée et jouée l'été dernier après la première vague de la Covid, est probablement une allusion directe à ce phénomène de sauvegarde vitale qu'est la mithridatisation, c'est à dire une immunisation progressive contre les empoisonnements...

Serais-ce une catharsis ?

Ps/ ce programme a été vu par 161 000 téléspectateurs, soit 0,7% de l'audience nationale.

Nb/ la pièce est interprétée également par Jutta Johanna Weiss, Thomas Jolly, Jules Sagot, Philippe Morier-Genoud et Yanis Skouta, qui sont tous d'excellents comédiens

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.