Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2395 Billets

2 Éditions

Billet de blog 7 mai 2018

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

«Socialisme ou barbarie» est-il l'un des messages de la Commune?

Dans le fatras des livres sur Mai 68 qui déferlent en ce moment pour le profit de quelques éditeurs, il y a un ouvrage important à retenir si l'on veut effectivement comprendre ce qui s'est passé : «Le journal de la commune étudiante» d'Alain Schnapp et Pierre Vidal-Naquet. Il réunit en moins de 1000 pages tous les textes et documents relatifs à ces événements.

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a d'abord une constatation qui éclaire l'origine de cette soudaine révolte de Mai 68 : la situation géographique de Nanterre où le campus universitaire jouxte un vaste bidonville. Autrement dit, il suffisait que les étudiants fassent quelques pas pour être mis en présence de la précarité et de la misère du monde...

Mais ce choc avec la réalité avait déjà donné lieu à une prise de conscience politique, vingt ans auparavant, par un manifeste intitulé " Socialisme ou barbarie" émanant d'un petit groupe d'intellectuels, animé par les philosophes Claude Lefort et Cornelius Castoriadis.

Or il se trouve qu'en explorant les discussions idéologiques de la Commune de Paris de 1871 et en dépouillant certains débats des Clubs rouges, j'ai pu trouver les mêmes raisonnements et parfois les mêmes mots que ceux qui ont agité ces communistes critiques, anti-staliniens, à la fin des années cinquante. Bref, j'y ai reconnu la pensée d'Arthur Arnould, de Gustave Lefrançais, de Benoit Malon ou d'Eugène Varlin.

Jugez en par vous-mêmes :

"Cent cinquante ans de "progrès" et de "démocratie" ont fourni la preuve que toutes les réformes qu'on pourra appliquer au régime capitaliste ne changeront pas la situation du travailleur. L'amélioration du pouvoir d'achat ouvrier obtenue par des luttes incessantes, est compensée par l'augmentation continue des besoins, et surtout elle est durement payée par l'accélération et l'intensification permanente du travail, par la transformation de l'ouvrier ou de l'employé en automate. Les droits politiques et autres conquis par les ouvriers n'empêchent pas que la société continue à être dominée par une classe privilégiée de capitalistes et de grands bureaucrates, qui la dirigent dans leurs propres intérêts...

Les travailleurs ne seront libérés de l'oppression et de l'exploitation que lorsque leurs luttes aboutiront à instaurer une société véritablement socialiste, où les conseils de travailleurs auront tout le pouvoir, où la production et l'économie seront soumises à la gestion ouvrière. La seule voie conduisant à une société socialiste, c'est l'action autonome et consciente des masses travailleuses, non pas le coup d'Etat d'un parti bureaucratique et militarisé qui instaure sa propre dictature."

Il s'agit donc bien de cet ordre libertaire dont l'ébauche a été tentée par la "belle équipe" des Communeux, et qui sera l'objet de mon analyse dans le prochain volume des "72 Immortelles".

En dehors de Jacques Sauvageot, les leaders de Mai 68 n'ont pas pris la voie esquissée par "Socialisme ou barbarie" : ils étaient donc mûrs pour toutes les récupérations...

C'est pourquoi il faut connaître et faire connaître "la juste mémoire" de la Commune.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT