Nagui soit qui mal y pense...

En ce moment désolant où les rapports et les échanges sociaux sont quasiment interdits, les animateurs des médias audiovisuels ont la lourde responsabilité de maintenir - autant que faire se peut - la convivialité sinon la cohésion de la société afin que l'altruisme ne soit plus autre chose qu'un lointain souvenir...

...et parmi ces "passeurs de sociabilité", il y a naturellement le pire et le meilleur, les professionnels du bagou ou du verbiage, les charlatans de la bonne humeur voire les forcenés du rire , ou bien de simples "chauffeurs de salles" ; il y a aussi les flagorneurs et les bourreurs de crâne ainsi que les empoisonneurs et les délateurs, sans oublier les boute-en-trains plus ou moins faisandés.

Nagui Fam, dit Nagui, l'un des animateurs de radio et de télévision les plus populaires, tranche par son humanité ouverte et sa bienveillance naturelle de toute la cohorte disparate qui encombre nos antennes, chaque jour et chaque nuit.

Il n'incarne certes pas le modèle du passeur idéal car sa vanité affleure parfois lorsqu'il se croit obligé de compléter ou de préciser ce que son interlocuteur a du mal à formuler, mais il sait rester dans la posture de l'humilité qui sied à un porte-micro...

"Tout le monde veut prendre sa place", que l'on peut capter chaque jour aux environs de midi sur la chaîne généraliste du service public de télévision, est son domaine et constitue, probablement, la meilleure fenêtre sur la société française .

En effet, cette émission-jeu est dans sa première partie, un défilé de candidates et de candidats qui viennent raconter des anecdotes ayant marqué leur vie ou bien qui viennent exposer leurs problèmes professionnels, sociaux ou sentimentaux au cours d'un échange avec Nagui déjà mis au courant de leur situation par les fiches établies à leur sujet.

Cette plongée quotidienne dans la France d'en bas est beaucoup plus éclairante que cent traités de sociologie car elle révèle la nature intrinsèque du petit peuple qui compose les classes laborieuses, de ses joies, de ses espoirs, de ses chagrins ; elle est un trait d'union cathodique des mentalités, des goûts et dessine en quelque sorte la préfiguration d'une nouvelle société qui s'ébauche.

Elle montre aussi à quel degré d'ignorance et de déficience culturelle la république bourgeoise et ses "élites" ont conduit un système éducatif qui était pourtant conçu pour l'élévation du peuple vers la connaissance et la beauté...

Les archives de cette émission seront sans aucun doute le terreau des historiens du XXIe siècle.

Nb/ Nagui anime aussi Taratata, un grand show de variétés où il fait preuve d'une connaissance exhaustive de cette actualité musicale

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.