GJ : silence radio et TV

Alors que le mouvement des Gilets Jaunes continue à se manifester chaque samedi depuis le 17 novembre 2018, le pouvoir macronien a donné la consigne de ne plus en parler car il veut faire croire à l'opinion publique que cette "jacquerie" est terminée...

...c'est ainsi que l'on peut manipuler l'actualité soit en falsifiant la réalité soit en omettant de citer des événements que l'on ne contrôle pas : c'est l'une des mauvaises actions d'Anastasie, sans doute la pire d'entre elles, la censure par omission.

Et pourtant ce samedi 7 septembre a vu la réapparition des cortèges de Gilets Jaunes, un peu partout en France, à Montpellier, Rouen, Paris, Bordeaux, Toulouse, Lille et Strasbourg : une résurgence animée et joyeuse, qui exprime bien le ras le bol de cette "France d'en bas", exploitée, ignorée, humiliée dont la révolte ne cesse de grossir.

A Paris, où officiellement il ne s'est rien passé, il y eût néanmoins 89 interpellations : alors ?

A Montpellier, il y eût de sérieux affrontements et l'incendie d'un véhicule de police : alors ?

Face à cet appel de détresse, la "France d'en haut" répond en leur opposant des cohortes policières armées de gaz, de canons à eau, et de flash-balls dont les tirs ont déjà estropié bon nombre de manifestants.

Ce n'est pas en adoptant la politique de l'autruche que le pouvoir bourgeois réglera l'immense problème social du désarroi des classes défavorisées mais en instaurant un véritable dialogue et en acceptant la concertation avec les syndicats.

Une République soucieuse du bien public implique une prise en compte démocratique.

Sinon ...

Nb/ voir l'excellent compte-rendu hebdomadaire de notre amie Ceinna Coll

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.