Macron Subutex

Alors que Canal+ nous propose neuf téléfilms adaptées de l'oeuvre de Virginie Despentes, admirablement interprétés par Romain Duris , le premier de cordée du team des macronards vient annoncer à la population qu'elle sera désormais sous "traitement substitutif à la dépendance des opiacés" qui est en même temps, un analgésique de l'injustice sociale...

...car effectivement si l'opinion publique bénéficiait jusqu'à présent de ce nouvel opium du peuple qu'est la communication officielle, son adhésion à la bien-pensance politique des "honnêtes gens" en a pris un sacré coup depuis le 17 novembre 2018, un samedi noir de la macronie,  puisque la canaille des ronds points en gilets jaunes est venue remettre en cause le partage du gâteau.

Vous voulez vous exprimer ? ...a répondu le pharaon élyséen, qu'à cela ne tienne ! ...donnons leur de la jactance. Et ce fut l'organisation d'un tour de France des parlottes devant des aréopages d'édiles municipaux ceints de leurs écharpes tricolores.

Parallèlement à ce barnum, les technocrates prenaient le relais et instrumentalisaient des consultations tous azimuths, tant et si bien que leurs savants camemberts graphiques en étaient abondamment nourris avec des pourcentages de doléances affinés au centième, mais n'exprimant qu'une partie minoritaire de l'opinion, celle d'un "marais" globalement satisfait, c'est à dire celle des classes aisées : d'un truisme l'autre...

Une opération de com diabolique qui aura bénéfiquement arrêté la violence, mais qui aura aussi conforté la politique réactionnaire du pouvoir.

Car cette jactance-consultation étant arrivée à son terme, il fallait bien lui trouver un substitut, un subutex :

précédant la parole sacrée, autocratique et décisive de ToutânMhacron, le charlatan trismégiste Philippe vient annoncer le traitement "sorti des ordinateurs" mais l'ordonnance qu'il va délivrer est basée sur des chiffres qui ne correspondent pas à la réalité des attentes nationales ; ils ne font aucun cas par exemple, du rétablissement de l'ISF ou bien du recours à un RIC, qui serait en mesure de redonner un peu de pouvoir au peuple...Il se contente de souligner "l'exaspération fiscale", enfonçant ainsi... une belle porte ouverte.

Alors, dans ce pays en pleine décomposition civique et morale, le corps électoral se décidera-t-il par lassitude et fureur rentrée à porter le national-populisme au pouvoir*, ou bien s'orientera-t-il vers l'affrontement social ?

On n'interrompt pas la lutte des classes avec des placebos.

* comme le pronostique François Hollande

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.