Le carrefour de l'angoisse et de l'espérance

Alors qu'un froid polaire s'abat sur la France, toute la population se réfugie dans ses tanières domestiques afin de tenter de retrouver quelques parcelles d'une joie de vivre qui a été largement confisquée par les errements lugubres d'un pouvoir incertain...

...ainsi on se replie sur les petits écrans dont l'offre commence enfin à se diversifier et sur les librairies dont les rayons sont encombrées par de nouveaux folios para-médicaux ou des "oeuvres" plumitives empreintes de l'air du temps, c'est à dire convenues voire insipides.

Et tandis que le flux nauséabond de l'info audio-visuelle déverse sans arrêt sa boue anxiogène, nous perdons le contact avec nos contemporains, notre famille, nos amis et nos relations : nous voilà donc arrivés dans ce carrefour de l'angoisse, qui est générateur de toutes les déprimes parce qu'il obère le sens de l'existence et fait planer sur nos descendances le spectre d'une apocalypse programmée !

Ne serais-ce pas l'occasion magnifique de chasser tous ces nuages noirs qui se reflètent dans "les eaux glacées du calcul égoïste" pour faire table rase des idées reçues, des mensonges de la bien-pensance bourgeoise, des images mémorielles truquées ou dévoyées faisant de notre histoire un creuset de fatalités incitant à toutes les démissions et à tous les renoncements ?

C'est pourquoi je me permets de recommander vivement à toutes celles et à tous ceux qui prendront connaissance de ce billet de réagir contre cette chape de plomb délétère, qui nous est infligée par la pandémie pour choisir l'insurrection quotidienne.

Car le temps est venu de se révolter contre cet exécrable destin que nous propose la "civilisation" du capitalisme, le pillage insensé de la nature, le culte absurde de l'individualisme, l'intolérance et les racismes. J'ajouterai - au risque de froisser - d'oublier toutes les religions et les sectes.

Retrouver son autonomie, le goût de la fraternité, le sens du collectif, et l'empathie humaine afin que "la liberté enfin s'éveille au souffle de la vie".

Ne serais-ce pas le meilleur vaccin ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.