Les municipales : un palier de l'indocilité ?

Alors que les élections européennes, simulacres d'une démocratie digne de ce nom, ont finalement induit une "Commission" qui vient de se singulariser en faisant l'impasse sur la culture, le renouvellement des mairies françaises, prévu en 2020, pourrait offrir l'occasion d'une prise de conscience populaire et d'un véritable sursaut civique...

...car la Commune est la cellule de base de la société des humains qui habitent le même territoire ; qu'elle soit infime ou immense, elle constitue une entité économique, culturelle et sociale qui forme le socle d'un pays. Et c'est en additionnant tous ces microcosmes et tous ces macrocosmes qu'on obtient une nation.

Chacune de ces cellules est gérée par un responsable élu par ses concitoyens qui a la charge d'organiser et de répartir les moyens locaux afin de répondre aux besoins de tout un chacun, dans le respect des autres...au nom du bien public, de la justice et de la convivialité.

L'élection de ce "magistrat" local (et de l'équipe qui l'assiste) est donc l'occasion de rencontres et de débats sur ce qui est à faire en commun pour que la vie dans l'espace considéré, soit plus facile ou meilleure et aussi d'envisager les liens ou les rapports non seulement avec d'autres entités de la région, mais aussi et surtout avec le pouvoir central de la nation.

Il y a donc là une opportunité à saisir afin de secouer l'apathie ou la léthargie de nos concitoyens enfumés voire anesthésiés par la propagande gouvernementale largement diffusée par les médias qu'elle contrôle !

D'ailleurs les Gilets Jaunes ont bien senti qu'il y aurait avec ces élections, des ouvertures appréciables...

En tout cas une ouverture qui permettrait de contrer le jacobinisme de la Ve République entièrement basée sur l'élection présidentielle, la démocratie étant revivifiée au niveau des Communes.

Mais il faut se méfier de l'envers de la médaille, car le suffrage municipal reste tributaire du maquignonnage des partis politiques avides de récupérer des voix et des troupes grâce à la pratique éhontée du clientélisme. 

Ce municipalisme politicien, source de toute corruption et de toutes les forfaitures, est aujourd'hui l'arme secrète et redoutable de la majorité macronienne qui lance des pseudopodes tous azimuths pour engranger des candidats de toutes les droites.

Il n'y a qu'une seule parade à cette offensive des classes dominantes : l'union (obligée) de tous celles et de tous ceux qui veulent bien porter les couleurs rouges, noires et jaunes de la "France d'en bas".

Le Communalisme peut être une régénération de la République.

Français, encore un effort ... !

Nb/ cf le "Manuel indocile de sciences sociales" de Philippe Boursier et Willy Pelletier

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.