Le Rojava, une dictature ?

N'ayant pas la patience de jeter un commentaire désapprobateur à l'article de Nicolas Cheviron publié à la une de Mediapart, je me permets d'utiliser mon blog d'abonné pour répondre à cette interrogation qui appartient au discours haineux d'Erdogan...

...en effet, comment peut-on dire que le Rojava (via le PKK) pourrait être une dictature alors qu'il s'agit de l'émergence d'un ordre libertaire, une forme nouvelle et originale de la démocratie participative et paritaire, une gouvernance familiale et fraternelle des Kurdes par les Kurdes et pour les Kurdes ?

"Ce sont les idéaux de l'humanité qui sont en jeu", écrit fort justement Rosa Borslun à côté de cette interrogation qui m'a indigné...

Pour tenter d'éclairer la prospective de mon essai sur la Commune de Paris*, je me suis documenté et renseigné sur tous les événements historiques qui étaient susceptibles de lui ressembler ou d'en être les pseudopodes et j'ai particulièrement étudié Kronstadt, la Commune de Shangaï, la Catalogne et...le Rojava.

Si bon nombre d'historiens ont été abusés sinon trompés par le hold-up bolchevik mémoriel sur la nature véritable de la Commune de Paris de 1871 en affirmant qu'elle était la première tentative de dictature du prolétariat alors qu'elle n'était que l'ébauche d'un ordre libertaire, il n'est pas concevable qu'on qualifie aujourd'hui de dictatorial toute action révolutionnaire !

Abdullah Ocalan, le leader kurde emprisonné, s'est inspiré des travaux sociologiques pertinents de Murray Boochkin pour dessiner et réaliser le "Confédéralisme démocratique" qui gère trois cantons kurdes au Nord de la Syrie. Et puis-je préciser que le philosophe américain précité a repris en le déclinant et en le modernisant, "l'Etat et la Révolution" de l'idéologue communeux Arthur Arnould.

Dans cette tragédie qui vient, et qui consacre la honte de l'Union européenne, c'est l'écrasement de l'humain par le diable capitaliste qui est en jeu.

Le Rojava sera-t-il un nouveau Guernica ?

* "les 72 Immortelles" (éditions du Croquant)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.