Le dictionnaire des girouettes

Il fut célèbre à propos des "Cent Jours", cette période surréaliste où la France oscillait entre une restauration monarchiste et un retour de l'autocratie napoléonienne, ce qui a provoqué de nombreux retournements de vestes et a fait le bonheur des caricaturistes et des auteurs de chansons satiriques...

...aujourd'hui, il y a un nouveau dictionnaire des girouettes qui est nourri (jusqu'à l'indigestion) par LREM, dont la plupart des caciques sont issus du parti solférinien .

Ce qui incite à l'analyse de cette formation politiciennes et à la réflexion sur sa nature de vivier des carriéristes et de tremplin pour les opportunistes de tout poil... 

Griveaux, Castaner et Ferrand, ex socialistes, les super-caciques macroniens, sont les champions de ce tourne-veste magistral et mémorable.

Mais Richard Ferrand y ajoute un supplément d'âme, avec toute l'arrogante épaisseur que lui donne sa proximité avec le président-monarque : il va toucher aujourd'hui la prime Ganelon en devenant la quatrième personnalité de l'Etat.

Puisque la démocratie se moque de la démocratie, puisque la république se moque de la république, puisque la morale se moque de la morale, "embrassons-nous Folleville"* et le miel de la modernité bobo coulera sur cette chambre d'enregistrement qu'est devenu le Palais Bourbon !...

Les girouettes ont toujours de l'avenir. Mais, comme le disait l'inénarrable Edgar Faure : "Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent !"

Ce sera sans aucun doute le vent de l'histoire.

* une comédie-vaudeville d'Eugène Labiche

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.