Venceremos ?

Edouard Philippe ayant "franchi la ligne rouge" avec son "âge d'équilibre" fixé à soixante-quatre ans, pivot assorti d'un bonus-malus, les conditions pour la formation d'un front syndical commun rejetant le scélérat projet de réforme macronarde des retraites, semblent enfin réunies pour que le dernier mot de cette lamentable affaire reste au peuple...

...mais Laurent Berger ne cèdera-t-il pas aux fallacieuses promesses de "nouvelles négociations" exprimées ça et là dans l'aréopage macronard qui s'est bien rendu compte que le Premier ministre avait fait une faute de communication en révélant ce que voulait cacher l'enfumage de présentation du projet, à savoir son choix de prioriser l'équilibre financier du système ?

Ainsi obérer "l'étoile du Berger"* devient un enjeu majeur pour les classes dominantes : ce syndicat réformiste et en tous points modérés, va-t-il rejoindre la meute hurlante et singulièrement agressive des manifestants qui battent le pavé des rues françaises afin d'exprimer leur juste colère contre la dernière entourloupe du muscadin de l'Elysée ?

Cette affaire est en réalité la conséquence de l'émergence soudaine du mouvement des Gilets jaunes et notamment des défilés du 1er mai au cours desquels les grandes centrales syndicales ont failli être ringardisées, tant leurs comportements et leurs mots d'ordre ne correspondaient plus au fond de l'air du temps ; les sursauts de la CGT et de FO sont donc la saine réaction du monde du travail à l'ignominie bourgeoise !

Un grand merci à Edouard Philippe, cet "arlequin trismégiste" qui bafouille à qui mieux mieux dans le landernau des "marcheurs"...

Sa "dernière boulette" nous permet d'applaudir cette magnifique occasion de saluer l'union syndicale retrouvée, un phénomène salutaire qui a pour effet de provoquer la sacro-sainte trouille des classes dominantes, en bafouant le mépris et l'arrogance des nantis...

Et j'espère que cette vague populaire s'enflera et deviendra suffisamment forte pour venir balayer ce régime de faux semblants et d'hypocrisie létale que nous subissons dans le dernier avatar de la Ve République !

* pour faire référence à mon précédent billet, avec lequel je lançais un appel à Laurent Berger...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.