Extinction du blog Vingtras ?

1555 contacts, 1893 billets au suivi de 835 abonnés, et un essai historique intitulé "Les 72 Immortelles", publié en deux volumes dont la présentation a suscité 110 commentaires et 35 recommandations...tel est le bilan de ce blog "Vingtras" qui aura bientôt dix ans d'ancienneté.

En prenant comme pseudonyme de nom du héros de la trilogie de Jules Vallès je souhaitais non pas me dissimuler derrière l'emblématique mais fixer un repère moral et politique impliquant le respect d'une ligne d'écriture ; je ne crois pas l'avoir trahi...car ce n'est pas seulement la faculté de penser qui distingue l'homme de l'animal, mais celle de se révolter.

En effet la révolte de Vingtras est d'abord une révolte prométhéenne contre le non-humain. Mais bien plus que la nature, ce qui apparaît comme étant le plus contraire et le plus nuisible à l'homme, ce sont certaines des créations de l'humanité elle-même, et parmi celles-ci , au premier chef, la religion et l'Etat. Avec leur terrifiant corollaire, l'argent.

 Ce sont les monstres du temps présent contre lesquels il faut lutter, malgré un fond de l'air lénifiant mais aussi terrifiant...

D'ailleurs avec le sublime printemps algérien, nous avons sous les yeux, une grande bataille de l'émancipation d'un peuple qui comporte deux affrontements monstrueux : contre l'islamisme obscurantiste et contre l'Etat-FLN des maffieux du pétrole saharien. 

En ouvrant le chantier de la Commune de Paris avec ce blog en 2009, je cherchais, sans doute intuitivement, à comprendre pourquoi le processus révolutionnaire qui s'était systématiquement heurté à des barrières mortifères depuis la grande Révolution française de 1789, avait failli aboutir en 1871 par la destruction de l'Etat ainsi que par l'écartement de cette caste technocratique au service des classes dominantes, qui réussit à maintenir le peuple dans la nuit totalitaire de l'injustice sociale et de l'intolérance civique.

Franc-tireur de l'Université, j'ai pu me lancer dans ce travail heuristique grâce à la complicité de dizaines d'abonnés de Mediapart que je remercie chaleureusement car ils ont pris le temps de fouiller leurs archives familiales ; ils ont pu ainsi me communiquer tous les éléments de reconstitution d'une éphéméride réalité des soixante-douze journées "immortelles"* de la Commune, à savoir du 18 mars au 28 mai 1871.

Aujourd'hui, ces ouvrages sont porteurs d'une vérité qui est toujours aussi intolérable aux yeux de la bourgeoisie ; c'est pourquoi la "grande presse" qu'elle possède feint de l'ignorer en lui faisant subir la pire des censures, celle de l'omission.

Mais les livres existent et on ne peut tuer les idées. En Algérie comme en France, l'abolition de l'Etat est la condition d'émergence d'une société libre. De même le refus de toute transcendance, métaphysique ou religieuse, est la condition première de la liberté de l'esprit.

Grâce à l'illumination communeuse, a dit Arthur Rimbaud, on peut tourner le dos à "la servitude volontaire" et ...changer la vie.

"Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libre !"**

Alors, qu'attendons-nous ?

Jean A.Chérasse

* les "immortelles" sont des fleurs considérées par les Communeux, comme étant les parures de la république sociale

** La Boétie

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.