Le feu sous la cendre

Sous le prétexte d'une salutaire sauvegarde sanitaire, la bourgeoisie est en train de réaliser une vaste opération d'infantilisation de la population française en l'orientant progressivement vers l'obéissance aveugle et la résignation...

...mais cette grande campagne, orchestrée et amplifiée par toutes les antennes au long de cet été 2020 (qui restera dans les annales comme étant le grand ratage des vacances), devra bientôt se heurter à l'effrayante réalité d'une improbable et terrifiante rentrée.

En effet, tous les indicateurs économiques nous indiquent que l'activité productive a été freinée sinon brisée par l'irruption de la pandémie et les décisions trop tardives (et parfois incohérentes) prises pour la combattre, mais que le capitalisme français à d'ores et déjà pris les mesures nécessaires à la sauvegarde de ses intérêts et de ses privilèges.

Alors, si grosso modo la "France d'en haut" espère pouvoir bien tirer son épingle du jeu, elle compte sur l'habileté technocratique, la ruse et la capacité mensongère des "élites" qu'elle a cooptées, pour driver le troupeau des petites gens vers une économie de survie, modique et fruste, sans revendications ni prétentions, dans le climat désolant des lendemains qui déchantent !

Dans ce contexte, on commence par accepter des baisses de salaire...jusqu'au moment où l'on ne survivra plus que pour travailler...

Le troupeau mené par le berger Castex ira sagement aux mangeoires et aux abreuvoirs des bergeries macroniennes, sous l'auvent de la Ve République...où on lui dira en patois picard : "Mange et tais-teu !" et, dans deux ans, on lui dira : "Vote et tais-teu !".

Pourtant, quelques indices, de rares fumerolles, se manifestent ça et là pour nous dire que le feu démocratique et citoyen n'est pas éteint, et qu'il attend patiemment son heure pour réapparaître car "la raison tonne en son cratère", comme l'avait si bien prévu Eugène Pottier.

Le bal masqué ne doit pas être celui des vampires.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.