"L'entre-soi médiatico-politique"

Avec un article pertinent de la revue "l'inactuelle", le sociologue Michel Maffesoli analyse les raisons du fossé qui s'est établi et qui ne cesse de se creuser, entre le peuple et les élites bourgeoises. Comme si la majorité de ceux qui sont "les portefaix" de tout le poids du pays était exclue de la vie nationale, hormis la mascarade des élections où on doit suivre les flèches...

..."Ce n'est pas sur ce qu'ils voient, mais sur ce qu'ils ne voient pas qu'il faut juger les hommes", a écrit Paul Valéry, cet auteur cher à Régis Debray, qui avait su décoder le traumatisme de l'an Quarante. En effet, la classe politique française - celle de l'entre deux guerres, comme celle d'aujourd'hui - reste dans l'incapacité de repérer l'invisible à l'oeil dans le corps social, elle ne sait pas apprécier l'instinct naturel qui meut sur la longue durée, la puissance populaire...

"On est, dès lors, dans la métapolitique", dit Michel Maffesoli. On voir renaître les instincts ancestraux tendant à privilégier la progressivité de la tradition : ce sont les racines d'hier toujours porteuses de vitalité. L'authentique intelligence progressive, spécificité de la sagesse populaire, c'est cela même comprenant que l'avenir est un présent offert par le passé".

Ainsi l'émergence des G.J. rejoint la révolution communaliste, où les révoltés des ronds points sont les héritiers des Communeux sinon des sans-culottes...

Car l'émancipation n'est rendue possible que si le désir de révolte est enraciné dans une tradition de non résignation qui, sur la longue durée, sert de nappe phréatique à toute vie en société. "Ces révoltes actualisent l'instinct ancestral de la puissance instituante, qui, de temps en temps, se rappelle au bon souvenir du pouvoir institué...cet être-ensemble que l'individualisme moderne avait cru dépassé ressurgit de nos jours avec une force inégalée".

"Ce sont les bégaiements des gens du peuple qui sont devenus la deuxième bible du genre humain" (Ernest Renan)

Depuis le 17 novembre 2018, nous pouvons voir les signes avant-coureurs d'un changement de paradigme, qui va rendre indispensable le plus-être collectif en opposition au bien-être individuel.

"Ce changement de polarité (il peut faire exploser la bulle de l'entre-soi) est conforté par la connaissance collective actualisant la noosphère, celle des réseaux sociaux, des blogs et autres tweeters, toutes choses confortant un net-activisme dont on a pas fini de mesurer les effets."

En tout cas cette post-modernité naissante est bien sympathique !

NB / noosphère = sphère de la pensée humaine  //  net-activisme = la communication par internet et le web (la cyberculture)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.