Avis de tempête !

Alerte rouge, jaune ou noire ? A l'instar du dérèglement climatique, notre pays est aujourd'hui victime d'un mauvais temps persistant, avec son cortège de nuages noirs, de bourrasques, et de pluies diluviennes ...

...tant et si bien que nous ne savons pas si nous devrons craindre d'être isolés à Noël par les inondations ou si nous pourrons avoir les pieds au sec afin de pouvoir réveillonner en famille.

Ainsi les "bonnes âmes" qui sont les porte-paroles des "honnêtes gens" des classes dominantes, ont sorti en fanfare le suprême argument contre les "salauds de grévistes" irresponsables : le chantage de Noël.

Que ce soit le gouvernement piloté par "l'arlequin trismégiste"* ou bien le choeur éploré des grands médias aux ordres, il n'y a pas d'argument assez fort, de mots assez alarmants...pour faire pression sur les moutons noirs syndiqués en les adjurant de respecter la sacro-sainte trêve familiale des 24 et 25 décembre ...

Et par ailleurs on s'affaire avec frénésie en coulisse pour récupérer la CFDT qu'on a eu l'imprudence de braquer avec les soixante-quatre ans, car la menace d'un front syndical unitaire est considérée comme étant le plus grand danger contre le maintien de l'ordre bourgeois.

"Ce projet de la retraite universelle à points, est un projet de réforme historique" vient de déclarer Emmanuel Macron, qui joue là sa réélection pour un second quinquennat ; un échec lui serait fatal car il perdrait le soutien du MEDEF (inspirateur du projet) et des grandes banques qui l'ont fait roi...

Alors si le prolétaire nantais Laurent Berger se souvient qu'il a été un véritable militant syndical, mandaté pour la défense des intérêts des travailleurs, il ne deviendra pas le Zorro de ce muscadin de l'Elysée, qui a pris possession de la République pour en faire une démocrature.

Il y a un bon sens populaire qui semble inspirer les réactions collectives : "la chienlit c'est eux !" **

Le rejet de cette réforme est historique.

* cf Apollinaire

** cf l'article de François Bonnet, à la une.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.