Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2337 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 janv. 2022

Elle a osé donner le coup de grâce !

En officialisant sa candidature à l'élection présidentielle, Christiane Taubira vient d'ajouter un concurrent supplémentaire à ceux qui avaient une chance de figurer au dessus des 5% requis pour leur remboursement de leurs frais de campagne ; elle a ainsi compromis toute chance possiblement accordée à un candidat se réclamant de la gauche d'accéder au deuxième tour...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

... ce n'est pas de gaieté de coeur que je viens accabler aujourd'hui Christiane Taubira, qui s'est prise pour Jeanne d'Arc, car j'ai de l'estime pour sa personnalité et pour sa culture.

Mais je trouve inadmissible et pour tout dire proprement intolérable qu'elle se soit laissée influencer pour présenter (et valider) sa candidature à une élection présidentielle alors qu'elle n'a ni programme à court et à moyen terme ni doxa politique pour l'évolution de la démocratie française vers une république sociale et fraternelle.

Pourquoi pas Hollande, cet "ennemi de la finance", Valls ou Cazeneuve, voire Cahuzac ?...

Mais sans doute peut-on espérer que ce coup de grâce donné à une gauche moribonde aura un effet salutaire : inciter toutes celles et tous ceux qui auront voté au premier tour pour Mélenchon, Jadot, Taubira, Hidalgo, Roussel, Poutou, Kazib et Arthaud... de s'abstenir massivement au deuxième tour afin que l'élection du vainqueur soit révélée à l'opinion publique comme étant une imposture.

Car cette consultation citoyenne ne saurait être autre chose qu'un simulacre démocratique.

Et une triste mascarade !

Nb/ lire sur le site de Marianne : " sur France-Inter, Taubira établit un nouveau record d'esbroufe"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon