La pendule à Salomon

La superbe charpente portant le toit de la cathédrale Notre Dame de Paris, qui a brûlé dans le terrible incendie du 15 avril 2019, était l'oeuvre collective des Compagnons Charpentiers du tour de France, dits Compagnons du devoir. Cette élite ouvrière a été immortalisée dans un livre intitulé "La pendule à Salomon" dont j'ai écrit l'adaptation pour le cinéma en 1961...

...sans doute avais-je été choisi pour ce travail parce que j'avais suivi l'enseignement du médiéviste Robert Mandrou, qui venait de signer le scénario du "Pélerin perdu", pertinente évocation de la vie des campagnes au XIIe siècle...

...toujours est-il que je fis la connaissance de Raoul Vergez, l'auteur de "La pendule à Salomon", charpentier et Compagnon du Devoir. Il désespérait de voir les vocations de charpentier en diminution, et espérait pouvoir attirer l'attention des jeunes vers ce noble métier.

Formés dans les "cayennes" puis rodés sur de multiples chantiers un peu partout en France et aussi dans d'autres pays européens, les Compagnons du Devoir constituaient une véritable élite des ouvriers du bâtiment, car ils bénéficiaient de connaissances théoriques savantes au service d'un savoir-faire ancestral...

Ce sont eux qui aux XIII e et XIVe siècles, ont conçu, fabriqué et ajusté tous les éléments de la magnifique charpente de la Cathédrale Notre Dame de Paris : ce sont donc non seulement les formes majestueuses de la beauté gothique qu'ont détruit les flammes du 15 avril, mais aussi une somme scientifique et technologique à nulle autre pareille !

J'entrais donc dans cet univers mystérieux et fascinant par son ésotérisme. Le film devait raconter la construction d'un pont suspendu sur une gorge de la Neste dans les Pyrénées ; il était mis en scène par Vicky Ivernel, interprété par son frère Daniel et aussi par le chanteur René-Louis Lafforgue qui venait de connaître le succès avec la chanson "Julie la rousse".

Quelques années après, j'ai réalisé un téléfilm documentaire avec Raoul Vergez ; interviewé par Pierre Desgraupes, il a expliqué le rôle essentiel des charpentiers dans le processus de la construction des cathédrales, propos repris depuis par Georges Duby.

J'ai été meurtri par le terrifiant spectacle qu'on pouvait voir sur les étranges lucarnes mais le visage buriné du charpentier Raoul Vergez s'est vite surimpressionné sur ces grandes flammes qui rongeaient l'âme de la France, dans l'arche de notre histoire.

La sueur des hommes est immortelle ainsi que leur peine.

Il n'y a pas d'autre parabole !

NB/ le compagnonnage fait partie du patrimoine culturel immatériel de l'humanité (UNESCO)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.