Autonomie !

Autonomie, autonomie de la responsabilité citoyenne : c'est me semble-t-il la seule issue qui permettrait de sortir du bourbier mortifère où nous a enlisé le dévoiement de la Ve République, sa constitution monarchique, son système inique pour la domination légale des classes possédantes...

...car en cet été 2021 où tout semble bouché, que va-t-il arriver ? Comment se confronter à ce qui n'est sans doute jamais arrivé dans l'histoire malmenée de la république française ?

Cette question nous concerne tous. Elle fait appel à nos désirs, nos volontés, notre responsabilité. Elle nous invite à établir collectivement un nouvel ordre de réalité sociale, une autre manière d'envisager le temps, une autre façon de répartir (et partager) l'espace.

Mais comment agir, penser ou parler...c'est à dire se décider pour le futur dont les échéances se rapprochent de manière inéluctable ?

Hormis les inepties habituelles des "commentateurs de commentaires", il y a des discours savants, bien informés, qui jouent le jeu sibyllin des experts économiques, politiques voire philosophiques, mais il existe d'autres paroles, celles de la rue ou des ronds points, depuis lesquels une décision salutaire peut prendre corps, faire sens, en s'affirmant dans son autonomie.

Tel fut l'objectif des Communeux, qui nous a été fidèlement rapporté notamment par Arthur Arnould dans son livre "l'Etat et la Révolution" que Bernard Noël considérait comme étant le guide de cet ordre libertaire que voulait réaliser la "belle équipe" de l'Hôtel-de-Ville de Paris au printemps de 1871.

Il faut reposer la question du travail, son statut, sa fonction ainsi que son rôle d'intégration sociale tout en conservant sa prise en compte en tant que vecteur de production des richesses. Il faut le réinventer dans le contexte d'une autonomie réappropriée.

Si nous voulons éviter le triste sort des moutons de Panurge, nous devons nous réveiller !

La crise sanitaire gravissime que nous subissons pourrait être l'occasion de ce réveil.

Allons y !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.