La mi-temps

Alors que les flux et reflux de la transhumance estivale traditionnelle ponctuent de leurs embouteillages les grandes voies d'accès aux vacances, l'actualité politicienne semble s'être mise entre parenthèses voire aux abonnés absents...

...c'est ce qu'on appelle la trêve des plages, une période incertaine où tout ce qui paraissait digne d'attention devient soudain flou et dérisoire.

Mais ce moment d'arrêt, de sur-place, qui précède et suit le 15 août, est probablement le moment où s'échafaudent les stratégies conservatrices des classes dominantes, le plan opérationnel de la bourgeoisie pour la rentrée.

Et ce ne sont pas ces "universités d'été" des partis et formations politiques et corporatives qui en sont les protagonistes, mais les conseillers officiels et occultes des cabinets de la dictocratie.

Ainsi tandis que le "bon peuple" prend un peu de repos et de bon temps dans la convivialité des campings, des technocrates zélés peaufinent pour le Prince une panoplie de décrets et de lois afin de canaliser et de maintenir la force de travail de cette France d'en bas, dans des limites "raisonnables".

Ce fut "la boite à outils"  de la "politique de l'offre" de François Hollande ; c'est la boite de Pandore anti-sociale d'Emmanuel Macron qui va sans doute libérer tous les égoïsmes des possédants et va réduire le programme du CNR à la charte de Vichy !

Mais le magma de la colère populaire est toujours en fusion, d'autant plus qu'il est alimenté par la crise profonde des services d'urgences dans les hôpitaux qui ne fait que se développer, et aussi par la grande révolte des Croquants qui ne veulent pas être les dindons de la farce des traités de commerce...

N'oublions pas qu'il y eut jadis des mi-temps prometteuses : la monarchie capétienne a été éliminée un 10 août (1792) après que les sans-culottes aient donné l'assaut aux Tuileries, et la République s'est inscrite dans le premier texte de la Convention, quelques semaines après (le 20 septembre).

ça ira ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.