A gauche, le spectre de la déliquescence...

La censure mémorielle dont j'ai été victime lors de la fête de l'Humanité est un signe mineur mais c'est aussi je crois, un symptôme des causes de la désunion prévisible de toutes les forces de gauche non seulement face aux échéances électorales mais aussi et surtout dans les grandes batailles pour le maintien d'une justice sociale dans les années qui viennent

En effet, pourquoi une association dont la vocation est la sauvegarde de la mémoire communeuse de 1871 peut-elle décider de boycotter la vente d'un essai historique relatant son éphéméride et analysant son message ? Ce serait la conclusion de l'examen d'une Commission de lecture jugeant que l'auteur n'avait pas respecté le credo (marxiste-léniniste) prévalant jusque là*...en imposant une interprétation anarchiste des événements.

En effet, pourquoi  - hormis la CFDT qui est devenue une officine gouvernementale - les syndicats n'ont-ils pu trouver ensemble une plate-forme et un mode d'action communs pour lutter contre la liquidation par les classes dominantes, de tous les acquits sociaux du Front populaire et du Conseil national de la Résistance ? Serais-ce pour s'en remettre aux défenses corporatives et ainsi se replier sur un communautarisme d'intérêts professionnels ?

Pourquoi cette retraite à points, miroir aux alouettes, dont on peut modifier la valeur selon les circonstances ?

En effet, pourquoi les personnels hospitaliers qui connaissent la plus grande détresse, ne reçoivent-ils pas l'appui et le soutien le plus large de toute la population ?

En effet, pourquoi les formations politiques classées à gauche ne recherchent-elles pas sans désemparer toutes les occasions pour discuter, confronter leurs points de vues et s'unir afin de tenter de barrer la route aux foucades délétères de la bourgeoisie technocratique ?

Il ne devrait plus y avoir d'intolérance ni de sectarisme dans le camp des exploités, des humiliés, et des exclus !

En effet, pourquoi ne pas approuver les manifestations d'indépendance de la Justice (Balkany à la Santé) et aussi pourquoi ne pas dénoncer en même temps le piège tendu à Mélenchon, avec cette perquisition-spectacle aux aurores de la FI ?

En effet, pourquoi l'opinion publique, sans doute anesthésiée ou abusée par les medias, reste-t-elle quasiment indifférente aux fermetures d'entreprises et à la casse sociale, et se déclare-t-elle lassée par les cortèges des Gilets Jaunes ?

Pourtant, la colère est là, souterraine. Elle affleure parfois mais retombe . 

Pourquoi ne pas écouter enfin le message communeux ?

* d'après ce que j'ai compris dans la réponse de l'association des "amies et amis de la Commune", donnée à ma protestation.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.