Le retour des Coquecigrues

La nouvelle décennie des années 2020 démarre donc dans le brouillard le plus glauque, sur un fond pérenne de révolte populaire, avec la projection médiatique des figures cauchemardesques d'un médiocre passé, dont on voudrait bien tourner la page...

...et cela me fait irrésistiblement penser à ces créatures de Rabelais, symboles des protagonistes de l'aréopage politique français, les héritiers d'une  Ve République dont ils sont en train de creuser la tombe !

En effet, quel que soit l'horizon vers lequel on se tourne, surgissent les fantômes de la décrépitude de notre démocratie, anesthésiée par les faux semblants ou par les leurres.

Et on va même jusqu'à entendre sans broncher, les jactances outrecuidantes de celles et de ceux qui nous ont toutes et tous, conduits au bord du précipice*, que ce soit dans les sables mouvants de l'Union européenne où nous sommes déjà enfoncés jusqu'à la poitrine , ou dans la grande braderie commerciale de la mondialisation sous le chapeau texan ou le hanfu chinois...

Comment s'évader de cette prison à l'instar de l'ex patron de Renault afin de ne pas risquer d'être haché menu par les Samouraïs ?

La réponse n'est pas dans la fuite, mais dans la prise de conscience collective du danger mortel qui nous guette !

Contrairement à ce qu'affirment péremptoires les "politologues", la population française ne penche pas majoritairement à droite ; le soutien qu'elle persiste d'accorder aux divers mouvements contre l'inique réforme des retraites en est la preuve évidente.

Dans toute sa longue histoire, le peuple s'est souvent mobilisé contre les inégalités et contre l'injustice. Il en marre de ces "Coquecigrues" providentielles qu'on lui propose pour lui indiquer "le bon choix" car il sait bien que ces méchantes bêtes rendront tôt ou tard à Picrochole la légitimité de son royaume...

Il y a une intelligence populaire, faisons lui confiance !

* Hollande soutenant son ex compagne dont il a, en 2007, favorisé l'échec !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.