Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2291 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 oct. 2021

Le venin colonial

Nous subissons aujourd'hui les conséquences d'un engouement pour la colonisation qui fut pourtant vigoureusement dénoncé au XVIIIe siècle par les abbés Raynal et Grégoire. Et on se souvient de l'apostrophe de Robespierre contre "les missionnaires armés"...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

...mais l'attrait de la conquête coloniale assortie de toutes ses occasions de rapines, s'est considérablement développé tout au long du XIXe siècle jusqu'à devenir - avec Jules Ferry - l'une des missions sacrées de la IIIe République... car celui que l'on considère comme étant le père de l'instruction publique (alors qu'il n'a fait que reprendre ce qu'avait conçu et décidé la Commune de Paris de 1871) estimait à l'instar de Condorcet que l'on devait apporter la raison et la civilisation aux peuplades ignorantes et aux "indigènes" défavorisés.

Mais cette ambition généreuse et humanitaire a vite tourné court car elle a été conduite sans discernement, et avec une grande brutalité militaire : l'expansion coloniale a consacré la suprématie de l'homme blanc sur l'homme de couleur et a donné naissance à un phénomène d'exploitation de l'homme par l'homme, c'est à dire au colonialisme.

J'appartiens à une génération dont la jeunesse a été polluée sinon obérée par le colonialisme : mes premiers pas dans le cinéma comme assistant de Robert Ménegoz m'ont conduit du port de Marseille où nous avons filmé le déchargement des cercueils des soldats français tués en Indochine* au 14 juillet 1953 lors de la fusillade de la manif des algériens, place de la Nation. Puis, ce fut mon séjour de dix-huit mois en Kabylie où j'ai pu me rendre compte de la réalité tragique d'une guerre coloniale...

...mais l'acmé de mon traumatisme post-colonial a été le 8 février 1962 au métro Charonne.

En 2021, c'est toute la société française qui reste imprégnée des dégâts occasionnés par ce fléau, non seulement avec la formation des communautarismes qui fragmentent la population, mais aussi pour les interprétations du tissu mémoriel qui nous enveloppe.

Quant à l'odieux terrorisme islamiste, il relève aussi de cette lèpre...

Si nous ne voulons pas traîner sempiternellement derrière nous ces casseroles de la vilenie et du malheur, il est absolument indispensable d'avoir le courage de regarder l'histoire en face, il est nécessaire de l'enseigner aux nouvelles générations, et il faut en tirer toute leçon pour aborder l'avenir sans préjugés ni esprit de vengeance.

L'histoire est un anti-poison.

* pour le film "Vive les dockers !"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B