Le tout répressif ou le logiciel de la trouille...

Dans cette république des faux semblants qu'est devenue aujourd'hui la Ve République, le pouvoir exécutif vient de montrer sa faiblesse congénitale en adoptant une posture 100% répressive face au défi violent de la casse de cette vitrine de l'arrogante richesse des Champs Elysées...

...car il ne faut pas être un grand clerc en politologie pour constater que les manifs pacifiques n'aboutissent qu'à nourrir les médias et ne sont jamais prises en compte ; par conséquent les opposants n'ont d'autre choix que l'action iconoclaste.

Ce fut d'ailleurs l'une des leçons que l'on peut apprendre de la Révolution française de 1789, depuis la prise de la Bastille jusqu'à l'assaut du château des Tuileries le 10 août 1792. Alors, il est absurde et probablement erroné de pointer avec véhémence et effroi ces voyous de "black blocs" qui profitent des circonstances pour assouvir leur soif inextinguible de cassage et de pillage ; ce sont les gilets jaunes eux-mêmes, exaspérés par le cynisme de la non réponse à leurs revendications, qui ont laissé exploser leur grande colère !

Mais je veux bien admettre qu'il y ait, dans cette ambiance de fureur destructrice, des voleurs qui saisissent l'opportunité de dérober ou de marauder : c'est l'inévitable envers de toute action révolutionnaire qu' il ne faut pas généraliser...

Dans mes deux billets précédents qui rappelaient l'anniversaire de la révolution communaliste (18 mars 1871), je montrais quel avait été le socle de cet ersatz de démocratie dans laquelle nous vivons aujourd'hui car la Ve République n'est que le prolongement de la "république des ducs" issue de l'Assemblée monarchiste de Versailles qui a eu le plus grand mal à oublier ses rêves de restauration et s'est finalement résolue à bâtir une république bourgeoise conservatrice.

Lorsque Emmanuel Macron et ses médiocres affidés Philippe et Castaner, s'enrouent devant les micros pour annoncer le grand chambardement de l'Etat, il ne faut pas oublier que les deux présidents de la république qui ont suivi la chute de Napoléon III, ses deux pionniers, ont été Thiers et Mac Mahon, les massacreurs de la Commune de Paris car il est indispensable de savoir que notre république a été construite sur un monceau de cadavres !

C'est ainsi que la Semaine sanglante fait désormais partie du logiciel politique des classes dominantes, s'affichant "républicaines", qui se refilent le pouvoir de génération en génération, afin de préserver ses intérêts de classe.

Le "tout répressif" est donc le produit de ce logiciel de la trouille.

Le bouclier des "honnêtes gens".

NB/ lire Hakim Bey ou John Zersan...pour en savoir plus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.