mot de passe oublié
onze euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 31 mai 2016 31/5/2016 Dernière édition

Médium 32/33

On ne saurait jamais suffisamment rendre hommage à tous ces passeurs de mémoire qui, des fresques rupestres à la révolution numérique ont permis à la connaissance de progresser. C'est le thème abordé par le dernier numéro de l'excellente revue de Régis Debray, "Médium" qui est intitulé "Copie, modes d'emploi", livraison réalisée avec le concours de la Fondation des Treilles.

"De quinze à trente-cinq ans, dit le cacique en médiologie avec son ironie idiosyncrasique, j'aurai guetté la rupture capitale, imminente, irréversible, du côté politique : c'est toujours l'attente qui commande l'attention. Mais c'est par l'autre côté, le petit, le matériel, l'insoupçonné, qu'elle est finalement advenue, sans crier gare. On a beau jeu de moquer Louis XVI avec son fameux "14 juillet, rien". La Bastille est prise mais lui n'a rien pris à la chasse, et le reste est futilité. Le codage en binaire , 0/1, est inventé, et j'attends de l'union de la gauche le grand chambardement de la condition humaine : autre faute d'attention, qui, elle, ne manque pas de comique. Il n'est jamais facile de regarder du côté où les choses se passent, encore moins quand on se dit politisé."


Organisé en sept parties inégales mais tout aussi fascinantes, ce numéro 32/33 de Médium est introduit pas un texte alléchant de Régis Debray et Louise Merzeau, "Médiologie de la copie". Il est suivi par une cinquantaine de pages signées par Olivier Bomsel, Robert Kopp, Pierre-Marc de Biasi et Laura Bossi qui analysent les genèses. Puis viennent les Variantes, les Transgressions, les Figures, et les Offensives qui nous présentent une vitrine du numérique avec de pertinentes contributions de Louise Merzeau, de Dominique Baffier, d'Alain Giffard, de Rémi Mathis, de Françoise Gaillard et d'Olivier Ertzscheid.

"Sans doute vivons-nous un entre-deux. Entre deux âges et deux cultures. C'est à explorer cette métamorphose, patente dans maints corps de métier et domaines d'expression, que notre rencontre voudrait se consacrer. Avec, en guise d'initiateurs, un amateur de l'ancien monde et une spécialiste du nouveau. Pour mieux soupeser, et faire lé départ, entre ce qui doit mourir et ce qui doit survivre."

A noter que "l'amateur de l'ancien monde" (Régis Debray) nous fait part dans son "Pense-Bête" (page 430 et suivantes) de sa plongée dans la grotte Chauvet : un texte magnifique et sublime.

MEDIUM, 10 rue de l'Odéon 75006 Paris / isabelle.ambrosini@laposte.net / www.mediologie.org

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Bonjour Vingtras , pour et à propos des peinture rupestres ,

J'ai souvent eu cette idée, que d'une certaine façon le cinéma animation date de cette époque lointaine. Le chef de clan, ou le chaman, ou que sais-je, la ou le meneuse-r était là  à motiver les troupes, à faire vibrer la passion chasse ou adoration, le feu allumé crépitant dans la grotte, ainsi les flammes aux luminosités instables et en mouvement permanent, projetant l'ombre du boss magdalénnien sur les paroies en semi relief, face à la compagnie de cinéphile pariétaux ... !

Moi je dis, ....ça devait en jeter quand meme , la 3D préhistorique avant Kubrick & Kadick !

Et que, comme suis-j pas un poulet de 3 semaines, je pense que certains devaient aussi en profiter ...