Embrassons-nous Folleville !

A l'instar du marquis de Manicamp, dans l'opérette de Labiche et Lefranc, qui veut marier à tout prix sa fille Berthe avec un roturier respecteux du fossé séparant les classes sociales, Emmanuel Macron a lancé à Bormes-les-mimosas un appel pathétique à la réconciliation des Français !

Comme si les vilains sujets de sa majesté passaient leur temps à râler, à contester son action et à se disputer à qui mieux mieux alors que ce beau pays jouit d'une paix et d'une prospérité redevables au bienfaisant macronisme en marche...

Quelle ingratitude !

Et si la méthode Coué n'existait pas, il faut bien croire qu'elle aurait pu être inventée par le muscadin de l'Elysée alors qu'à bientôt mi-mandat il aurait du prendre conscience que cette réconciliation ne pouvait en aucun cas être mise à l'ordre du jour !

En effet, si l'on examine les uns après les autres, tous les actes du temps I de ce quinquennat, on est obligé de constater qu'ils ont systématiquement déconstruit tout l'appareillage d'assistance sociale laborieusement édifié par les luttes syndicales et prolétariennes depuis le Front populaire de 1936 et le Gouvernement d'unité nationale de 1945.

Et ils ont non seulement déconstruit, mais ils ont surtout cassé la morale civique de la nation en divisant, en contournant, et en réprimant parfois brutalement toutes les aspirations à une vie un peu plus décente ainsi qu' en obérant un véritable fonctionnement de la démocratie.

Etant le meilleur commun diviseur, Macron ne peut en être le rassembleur !

Et ce n'est pas en octroyant un ersatz de forum avec le simulacre du "grand débat" qu'il a pu jeter un pont entre la bourgeoisie technocratique incarnant la France d'en haut et la France d'en bas plébéienne...

Tout cela pourrait s'apparenter à du Labiche si nous vivions dans le climat joyeux d'une opérette, mais l'histoire reste tragique : 150 ans après le génocide communeux, il faut bien constater que la République n'a pas totalement effacé cette tâche mémorielle intolérable et que les élans surjoués du marquis de Manicamp ne sont que gesticulation mondaine ou simagrées.

La seule réconciliation est celle de l'union des opprimés.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.