Le loto de la mort

N'ayant en tête que la préservation de la force productive des cohortes laborieuses qui permettent au pays de fonctionner à peu près normalement, la bourgeoisie technocratique qui nous gouverne s'efforce de juguler le tsunami pandémique de la Covid 19 dans un grand cafouillage de vaccinations hypothétiques, de couvre-feux à la carte et de fermetures en tous genres...

...ce qui est bien rapporté dans les articles de Caroline Coq-Chodorge, placés à la une de Mediapart.

Je n'y ajouterai que ma modeste contribution étant moi-même dans l'impossibilité de me faire vacciner alors que je suis largement éligible à cette protection (?) contre le funeste virus...

Il en est ainsi pour notre démocratie qui est contrainte de survivre dans un climat de loterie sanitaire puisque les classes dirigeantes de notre pays n'ont pas jugé utile pour le bien public de mettre en place un service de santé capable de faire face aux épidémies !

Il en est ainsi parce que les "experts scientifiques" sont impuissants à tracer la propagation du virus, qui va frapper ça et là ses prochaines victimes dans une grande opération génocidaire ; la pandémie se moque apparemment des "gestes barrière" et des déclarations embarrassées et souvent contradictoires des hauts responsables de la sauvegarde publique.

Quant à cette arme de dissuasion de la contamination, c'est à dire les vaccins, ils sont porteurs d'espoir même s'ils comportent une part non négligeable de doute*, et il est inadmissible que le pouvoir hippocratique en ait fait l'objet de ses promesses fallacieuses, tout en jetant à une population déjà passablement angoissée, les germes potentiels d'une probable panique.

Halte aux charlatanisme médical et à l'irresponsabilité politique !

* cf l'interview de la chercheuse Alexandra Henrion-Caude sur TVlibertés à propos de l'absence de garanties du vaccin Pfizer, qui est en réalité administré à des cobayes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.