Le coq enroué

L'exercice oratoire du Président dans la cour de la Sorbonne ne dépassant pas le niveau requis pour être admis au Conservatoire, il n'en est pas moins significatif de l'embarras d'un pouvoir régalien qui se trouve en face d'un problème majeur de la mutation sociale et sociétale de la population française...

...certes il a fait le job, avec les mots qu'il fallait, pour saluer de manière convenue, le martyre de Samuel Paty, prof exemplaire qui fut victime de la barbarie, de l'intolérance et de la confusion des valeurs.

Mais tous les discours officiels ainsi que les ruades saugrenues du Ministre de l'Intérieur, tomberont à côté de la plaque tant que l'on évitera de regarder en face la réalité socio-historique de l'imbroglio dans lequel s'est enlisée la république bourgeoise, qui a délibérément tourné le dos à sa devise citoyenne que les caméras de télévision ont justement cadrée lors de l'hommage national.

Car nous sommes aujourd'hui pris dans un triple étau : l'injustice sociale, le communautarisme post-colonial, et la pandémie.

Les classes possédantes/dominantes sont incapables de lutter contre ces trois fronts avec leurs armes technocratiques ; elles se contentent de gérer au jour le jour et à petits pas en s'abritant derrière les paravents des experts, et en utilisant/abusant le tsunami de la Com avec tous les relais audiovisuels dont elle dispose...

Mais la marmite surchauffée peut exploser, c'est en tout cas ce que nous apprend l'histoire. Et comme l'a écrit Victor Hugo :

"La Marseillaise n'est pas encore enrouée".

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.