Démocratie détournée ?

L'intelligentsia bourgeoise qui s'exprime à longueur d'émissions et de papiers dans la "grande presse" semble s'étonner que le mouvement dit des "Gilets jaunes" récuse toutes les formes de la démocratie "représentative"...

...ainsi le "pape" de la politologie, Pascal Perrineau, vient-il de publier chez Plon un livre savant intitulé "Le grand écart" où , reconnaissant les tares de la démocratie "représentative", il déplore que la plupart des mouvements d'opposition à la politique néolibérale et technocratique de Macron aient refusé les élections de mandataires, et même le vote d'une plateforme collective de revendications.

Ils sont ainsi, estime l'éminent spécialiste de Sciences politiques, les électrons libres de la contestation et font peser sur le pouvoir exécutif, une menace diffuse et dangereuse car elle échappe à toute tentative de dialogue, de négociation voire de consultation !

Si Monsieur Perrineau avait eu la curiosité de jeter un oeil, même rapide et distrait, sur "Les 72 Immortelles"* , il aurait compris pourquoi le système de "démocratie représentative" était rejeté globalement par l'intelligence collective populaire des Communeux qui le considéraient comme un avatar toxique de la monarchie où tout le pouvoir était détenu par des "délégués", faisant eux mêmes partie d'une chaîne pyramidale de cette gouvernance verticale, donc pseudo-démocratique.

C'est ainsi qu'étaient apparus en mars, avril et mai 1871, les éléments fondateurs d'une démocratie participative sans chef ni mandataires pour une durée (un mandat exclusif les rendait révocables à tout moment), qui devait induire la mise sur pied d'un phalanstère de gestion, en contact permanent avec la base, les pouvoirs législatifs et exécutifs étant confondus.

Ce fut ce que le volume 2 des "72 Immortelles" analyse : l'ébauche d'un ordre libertaire.

C'est ce type d'administration et de gestion horizontales qui repointe son nez aujourd'hui car il faut bien reconnaître que la boite à outils de la démocratie ne contient plus que des clés à molette rouillées ou des tourne-vis épointés.

Voilà pourquoi les "Gilets jaunes" se sont concertés pour réclamer le RIC (référendum d'initiative citoyenne).

Effectivement les élites bourgeoises sont condamnées à faire le grand écart, mais elles n'iront pas jusqu'à l'écartèlement...

Le Communalisme serait-il enfin "une idée neuve" ?

* éditions du Croquant (en deux tomes)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.