Lynchage d'un tribun

Evidemment on peut avoir une déplorable opinion du tribun Mélenchon dont la nature méditerranéenne irascible a été le truchement de son pilori dans le récent procès de Bobigny...

...mais on ne peut s'empêcher de penser qu'il n'y a pas lieu de se mettre à hurler avec les loups !

En effet, toute cette pitoyable affaire n'est autre qu'un terrifiant coup tordu du pouvoir bourgeois pour jeter le discrédit sur un homme qui a osé le contester et dont le verbe cru et acerbe déstabilise parfois la sacro-sainte parole présidentielle...

Ces quarante-huit heures théâtrales d'un tribunal de banlieue n'ont rien apporté de plus ou de moins à l'élucidation d'une faute contre la République puis celle-ci n'est autre que le régime codifié par les "honnêtes gens" afin de constituer un bouclier légal pour garantir leur domination.

Cette Ve République est la digne héritière de cette "République des ducs" issue de l'Assemblée monarchiste et réactionnaire de Versailles qui avait écrasé la Commune de Paris en 1871 (20 à 25 000 morts et quelque 50 000 arrestations)...

Certes il faut bien reconnaître que le tribun de la France insoumise a "pété un câble" et a hurlé des mots dont la grandiloquence eût du faire sourire mais la colère induit des excès et des débordements souvent incontrôlables !

A la différence du tribun Danton, Mélenchon est un honnête homme, intelligent et cultivé, mais il ne peut être un politicien car il perd souvent le contrôle de lui-même. Un homme politique est aussi un homme. Et c'est tant mieux !

En manifestant sa vive opposition à la perquisition à grand spectacle organisée à l'aube par un procureur visiblement aux ordres du pouvoir, il n'a pu maîtriser sa grande colère...

Et il se trouve que cette grande colère est aussi celle de la "France d'en bas", qui subit l'arrogance des classes dominantes dont la haine est largement diffusée par tous les médias macroniens ou para-macroniens.

Répression policière et lynchage sont en fait les deux atouts de la démocrature.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.