Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2339 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 janv. 2022

Faut-il vraiment participer au rituel électoral ?

Rituel ou mascarade ? Car en réalité, on aboutira à être mis en demeure de choisir (ou pas) entre Charybde et Scylla et là, interviendra nécessairement le critère du "moindre mal" voire du "moindre pire" ; ainsi le rituel électoral risque d'être validé...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

...d'où le profond malaise qui va s' emparer d'une grande partie de la population, orientée par défaut vers l'abstention ou le vote blanc.

Est-ce ainsi que doit normalement fonctionner une démocratie ? En laissant nommer les représentants d'une minorité de classe pour la gouvernance du pays ?

Cet héritage institutionnel que nous devons au gaullisme (la Ve République) ainsi que l'instauration du quinquennat initié par Lionel Jospin, font du système électoral français un dispositif biaisé, un leurre républicain, un miroir aux alouettes, bref un "piège à cons" comme l'avaient appelé les insurgés de mai 68. 

Car si on jette un oeil (même méfiant ou sceptique) sur les prévisions journalistiques concernant l'échéance présidentielle du printemps 2022, on prend vite conscience de l'inéluctable victoire de la droite, du libéralisme à l'européisme capitaliste, avec des menaces liberticides et anti-sociales les plus redoutables ; nous ne nous dirigerons plus vers une simple république conservatrice à la versaillaise, mais vers un système para monarchique, inspiré et verrouillé par les oligarchies économiques et financières.

Et ce ne sont pas les 467 000 électeurs de la primaire de gauche qui seront en mesure de faire barrage à ce sombre avenir !

Alors, que faut-il faire si on veut ne pas se résigner ? Une abstention massive au deuxième tour afin que le vainqueur de l'élection soit gravement obéré par un défaut de légitimité ? Sans doute. Mais la bourgeoisie dominante est rusée et sait trafiquer les chiffres ; elle n'hésitera pas à mentir.

Sans aller jusqu'à la solution imaginée par les sans-culottes en 1793 (cf mon précédent billet), je crois que si on désire ardemment refonder une république juste, sociale et fraternelle, il faut que la renaissance du logiciel de gauche soit réinventé et initié par l'intelligence populaire, comme il l'a été, après la cruelle défaite de 1870, par la Commune de Paris.

Il faut créer "un lien du désir à la réalité"*

* Michel Foucault

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse