Déconnexion

On les appelait "francs-fileurs" tous ceux qui désertaient le débat dans la construction laborieuse de la démocratie française lors des débuts de la IIIe République, ils sont aujourd'hui les "abstentionnistes" et constituent le premier parti de notre pays.

Les Solfériniens peuvent se réjouir de la victoire de Karine Daniel, leur candidate à l'élection législative partielle de Loire-Atlantique, dans une circonscription acquise depuis quarante ans au parti socialiste, qui était devenue le fief de Jean-Marc Ayrault, mais on est bien obligé de constater qu'il s'agit là d'une belle "victoire à la Pyrrhus".

En effet, lorsque près de 75% des électrices et des électeurs ne se déplacent pas pour voter, c'est qu'il existe sinon une grave perplexité mais plutôt un profond malaise dans la population.

Ainsi a réagi un échantillon du corps électoral qui vient d'exprimer non seulement son profond scepticisme concernant l'action gouvernementale de François Hollande mais surtout sa "déconnexion" de la vie politique.

Plus qu'un vote d'exaspération ou de rejet, cette massive abstention est le symptôme d'une maladie de la démocratie, d'un étiolement de la république, d'un dépérissement de la nation.

Le quinquennat calamiteux qui s'achève aura donc fini d'ébranler un système basé sur la conscience citoyenne qui devait s'exprimer par le biais des élus du peuple au suffrage universel. Avec ou sans aucune concertation

Le phénomène semble hélas devoir se généraliser tant cette épidémie d'indifférence aux affaires publiques affecte un bon nombre de pays...

C'est pourquoi aux Etats-Unis, on a remplacé le débat démocratique par les jeux du cirque et les parades foraines afin que les élections constituent un grand spectacle, dans une société entièrement dominée par l'argent.

Nous n'en sommes pas encore là mais l'enfumage hollywoodien nous pend au nez !

Eh Oh, il faut se reconnecter avec la démocratie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.