Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2411 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 nov. 2022

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Moi aussi, je me sens "floué par les années perdues"...

A la veille du jour de mon quatre-vingt-dixième anniversaire, je ne peux que rendre hommage à mon ami Léo Ferré qui a écrit et composé l'une des plus belles chansons françaises : l'immortel "avec le temps"...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

...et si ce bouleversant poème exprime toute la détresse de la condition humaine, il n'en est pas moins un appel vers l'ébauche d'un avenir libertaire, qui serait enfin l'aboutissement du "changer la vie" d'Arthur Rimbaud et des Communeux !

"Avec le temps, va, tout s'en va

On oublie le visage et l'on oublie la voix

Le coeur, quand ça bat plus, c'est pas la peine d'aller

Chercher plus loin, faut laisser faire et c'est très bien

Avec le temps, va, tout s'en va...

Même les plus chouettes souvenirs ça t'as une de ces gueules

A la Galerie je farfouille dans les rayons de la mort

Le samedi soir quand la tendresse s'en va toute seule

Avec le temps...

Avec le temps, va, tout s'en va

Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu

Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard

Et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard

Et l'on se sent floué par les années perdues

Alors vraiment

Avec le temps, on n'aime plus."

Léo Ferré a raison de conclure ainsi car notre monde est devenu abject, il évolue vers sa perte sous l'impitoyable dictature de l'argent, des mensonges et de la violence, dans la perspective cavalière d'un anéantissement climatique...

Mais après avoir vécu neuf décennies au cours desquelles je n'ai cessé de me battre contre les censures, je voudrais exprimer ma gratitude à Mediapart qui me permet de respirer une information à l'air pur sur mes vieux jours et remercier infiniment tous les abonnés de ce journal qui m'ont permis d'écrire "les 72 Immortelles" en m'adressant leurs documents familiaux concernant la vie quotidienne en 1871.

Par ailleurs, j'ai essayé d'être fidèle au bachelier-insurgé Jacques Vingtras...

Car le désespoir n'est toujours pas à l'ordre du jour même si l'on "se sent floué" : ... la fraternité bordel !

Avec le temps, on ne peut que s'aimer.

Nb/ "Repassionnons la vie, refondons les moeurs et l'entendement, il faut tendre à la plus grande liberté dans le domaine de l'esprit comme dans le domaine social, imaginer une civilisation du désir souverain et y reconnaître la même nécessité de la révolte et de la poésie" (Charles Fourier)

Jean A.Chérasse

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte