Demain, un subterfuge au changement...

Alors que toutes les institutions de la République française sont rongées par la pourriture, le muscadin occupant l'Elysée va sans doute imaginer un grand bluff socio-écologique afin de pouvoir, durant les deux dernières années de ce médiocre quinquennat, préparer sa réélection...

...il est pourtant tout à fait évident que la Ve République est un régime à l'agonie, et que l'immense majorité de la population ( les votes non macroniens + les abstentions) en a marre de ce jacobinisme bourgeois dont la centralisation technocratique n'a pas été capable de faire face à la grande pandémie qui vient d'ébranler le monde.

Décentraliser ? Redonner du pouvoir à la "France des territoires" ? Ce ne sont que des voeux pieux ou des mensonges si cette nouvelle orientation n'est pas assortie de l'autonomie administrative et financière ainsi que d'un souci national de mutuellisation.

Dans un commentaire à mon précédent billet, le philosophe Patrick Rodel* appuie mon choix de l'option communaliste et libertaire et il s'étonne de constater que l'anarchisme soit si peu examiné, qu'il soit encore frappé d'opprobre et répande toujours un sentiments d'épouvante...

En fédérant et en mutuellisant les vingt arrondissements parisiens gérés par le phalanstère d'une "belle équipe" siégeant à l'Hotel de Ville, la Commune de 1871 avait fait un premier pas décisif vers l'instauration d'un ordre libertaire.**

Un ordre basé sur la volonté collective et non plus sur le bon vouloir/plaisir d'un Chef, une gouvernance démocratique réelle sous le contrôle permanent du peuple afin d'exclure tous les risques inhérents aux faiblesses humaines : un sans-culottisme fraternel et l'embryon d'une production auto-gestionnaire...

Hélas, nous n'aurons droit cent-cinquante après "le temps des cerises", qu'à un replâtrage de circonstance avec turn over du casting et de belles paroles !

La démocrature est en marche : seule une révolution peut l'arrêter.

* neveu d'Henri Guillemin

** cf "Les 72 Immortelles" (éditions du Croquant)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.