Résignez-vous !

C'est ainsi que l'on pourrait résumer l'intervention de François Hollande, hier soir, sur France 2, un Président qui avoue tout de go "ne pas être un Président socialiste".

C'est ainsi que l'on pourrait résumer l'intervention de François Hollande, hier soir, sur France 2, un Président qui avoue tout de go "ne pas être un Président socialiste".

A tort, nous attendions Mendès-France voire Churchill, nous avons vu arriver un plombier placide, portant sa boite à outils sur l'épaule, pour réparer la fuite d'eau dans la salle de bains alors que l'incendie est en train de se propager dans toute la maison.

Astucieusement interrogé par David Pujadas, François Hollande nous a gratifié d'un brillant numéro de technocrate, ponctué de chiffres et de formules sans doute imaginées par ses conseillers ("Je n'attends pas la croissance, je la crée" , "Faire des économies, c'est une façon de ne pas défaire l'économie", "L'Europe ne doit pas être une maison de redressement"...).

La cerise sur le gâteau appartient toutefois à cette annonce du "choc de simplification" que n'aurait pas désavoué Courteline.

Ainsi nous sommes dirigés par un expert-comptable militariste dont le modèle pourrait être Napoléon III, empereur libéral et saint-simonien.  

Aucune allusion à la souffrance du peuple, aucune pensée vers cette France mutilée qui attendait le changement avec une grande espérance. Le compte n'y est pas.

"J'ai le sang froid, a-t-il dit, je n'ai pas les nerfs à vif". Le sang froid du technocrate autosatisfait.

Circulez, il n'y a rien à voir, rien à recevoir.

Pôle emploi monte la garde.

Indignez-vous !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.