L'équation redoutable

Lors de leurs dernières manifestations, les gilets jaunes ont pointé sur des pancartes ou sur des banderoles, une équation politique qui est sans doute l'analyse la plus pertinente de l'émergence du "marchisme" dans notre société : Hollande + Bayrou = Macron (em = hb2)

C'est pourquoi, en complément de l'excellent article de Laurent Mauduit "Combattre l'oligarchie pour refonder la démocratie", je voudrais essayer de résoudre l'équation des gilets jaunes.

Effectivement, la potion amère qui nous est promise est la continuité de cette "politique de l'offre" préconisée avec des trémolos dans la voix par François Hollande et Yvon Gattaz, dans ce grand "baiser Lamourette" d'une social-démocratie dévoyée jusqu'à la collaboration de classe, avec un patronat avide et sans scrupules...

Effectivement, l'hypocrisie des mains sales qui est le propre de la démocratie chrétienne est venue tempérer les appétits gloutons des profiteurs des marchés d'Etat, des rentes de situation avec le pillage sans vergogne de l'argent public...

Effectivement, le bâtard de cette union improbable a été choisi et promu par les classes dominantes car il était une parfaite synthèse de la bien-pensance bourgeoise et de sa détermination à rassurer les "gens de bien(s)".

Aussi n'est-il pas invraisemblable de constater l'attitude de "smiling cobra" adoptée sans ciller par le nouveau cacique de la République française puisqu'elle est l'expression parfaite de cette domination de classe enrobée de la démagogie du bon sens.

Il joue d'ailleurs sur le velours dans la mesure où l"apparition du "marchisme" est le fruit d'une vague dégagiste qui a tout emporté sur son passage en causant de graves dommages aux  partis politiques traditionnels.

Tant et si bien que "le premier de cordée" a toutes les chances d'atteindre le sommet, surtout s'il arrive à couper la corde qui le relie aux autres.

Quo non ascendet ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.