Le drapeau jaune flotte sur la marmite

A l'instar de Georges Brassens qui avait pris chez Jules Vallès l'expression "le drapeau noir flotte sur la marmite", une colère sourde qui a gagné 80% de nos concitoyens, vient de "planter entre deux pavés" le gilet jaune du ras-le-bol et de la révolte...

...et les pouvoirs en place semblent bien désorientés face à ce mouvement général diffus sans organisation et sans chef emblématique !...

Car nous assistons en ce début du XXIe siècle à un paradoxal retour au XIXe siècle, comme si on voulait tirer un trait sur le XXe avec ses deux guerres mondiales provoquées par les soubresauts du capitalisme.

En effet, l'insurrection pacifique de tout un "petit peuple" ainsi que ses manifs mal maîtrisées et pouvant engendrer des violences, ressemble étrangement au sursaut de la population parisienne le 18 mars 1871 lorsque les montmartrois et les bellevillois sont sortis de leurs immeubles pour empêcher la troupe de ligne de se saisir des canons qu'ils avaient payés par souscriptions.

En effet, cette foule animée surtout par les femmes du peuple, ouvrières, blanchisseuses et domestiques, avait réussi à instaurer une situation révolutionnaire calme et conviviale grâce à la fraternisation avec les soldats...comme nous le rapporte Jules Vallès :

"Des femmes partout - Grand signe ! Quand les femmes s'en mêlent, quand la ménagère pousse son homme, quand elle arrache le drapeau noir qui flotte sur la marmite pour le planter entre deux pavés, c'est que le soleil se lèvera sur une ville en révolte."

Aujourd'hui où ce phénomène n'est plus un phénomène urbain, mais un phénomène national, les classes dominantes de la bourgeoisie se trouvent en face d'un mur à gros moellons qu'elles ne pourront réduire, même à coup d'explosifs.

Cette nouvelle "jacquerie jaune" qui oscille entre la réunion du Tiers-Etat dans la salle du Manège à Versailles en 1789 et les assemblées des Clubs rouges communeux en 1871, recèle un véritable pouvoir.

Le pouvoir de la conscience citoyenne.

Faisant fi des élections pièges à cons et des simulacres de représentativité, cette fleur du peuple est tout à fait en mesure d'ébranler le système obsolète et inique qu'une pseudo république nous inflige depuis des lustres...

Prenons les choses en mains, réclamons notre dû !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.