mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart lun. 25 juil. 2016 25/7/2016 Édition du matin

Les vieilles lunes

A écouter un certain nombre de commentateurs politiques, notamment Alain-Gérard Slama au micro de France Culture, il ne saurait y avoir de bonne solution pour sortir de la crise que par un "gouvernement d'union nationale". Et de citer évidemment Schroeder, le social-démocrate qui a réussi à faire attelage avec les conservateurs allemands.

A quelques encablures des élections legislatives où le PS risque de ne pas avoir de majorité absolue, les beaux esprits se penchent sur le berceau de la France pour suggérer l'ouverture au centre...c'est à dire à droite pour que le Président Hollande joue du clavecin bien tempéré et fasse, hormis quelques gadgets de com, la même politique que celle de son prédécesseur.

Ce retour aux "vieilles lunes", fantasme récurrent de l'imaginaire des "honnêtes gens", est une constante de notre histoire depuis la Révolution française : des Girondins aux Vichystes en passant par les Thermidoriens et les Versaillais...

Mais les dès ne sont pas encore jetés si l'on considère qu'il n'y a aucune majorité présidentielle sans les voix du Front de gauche, dont le rôle va être essentiel dans la gouvernance de ce quinquennat.

Si à la Libération en 1945, le général de Gaulle a pu faire bénéficier la France, grâce au soutien du Parti communiste, des bienfaits d'une politique imaginée en 1936 par le Front populaire de Léon Blum,  François Hollande a la possibilité , aujourd'hui, de mettre en place une action gouvernementale de bien public basée sur le retour de la croissance assortie d'un impératif de justice sociale.

Les vieilles lunes pâliront. Car le soleil se lévera...à gauche.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Je suis toujours épaté par cette aversion que possèdent encore certains réactionnaires contre la Révolution Française dont ils ne retiennent que la Terreur, les Massacres et la décollation du Roi, de la Reine et de bien des innocents. Le drawdelomisme n’a rien arrangé.

 

D’aucuns leur opposent les massacres royaux depuis les croisades albigeoises, les croisades en général, les guerres de religions et les lettres de cachet, la Bastille, et le commerce triangulaire…

 

Mais de la fin de la Révolution à aujourd’hui, tous les records ont été battus. Les guerres napoléoniennes ont coûté très cher à notre démographie ainsi qu’à celle de l’Europe. Les révolutions de 1830 et 1848 n’ont point été faites dans la dentelle en dépit des crinolines. La conquête de l’Algérie a été un copieux massacre, comme celle du Maroc. Ne parlons point de Madagascar. L’écrasement de la Commune de Paris, fait de Bachar al Assad un enfant de chœur. Merci M. Thiers et la bourgeoisie friande de sang d’ouvriers qui nanifie les génies (cf courrier de Flaubert et de George Sand).

On considère que les carthaginois, les aztèques, les vikings qui pratiquaient les sacrifices humains étaient des barbares.

 

La Civilisation, si chère à nos ignares de notre Histoire de France et qui voudraient donner des leçons d’identité française, ne doivent point oublier les deux guerres mondiales, l’industrialisation de la mort pour les juifs, les tziganes, les opposants, les homosexuels, sans compter les bombardements libérateurs des villes européennes, et les guerres de Libération.

 

Vous reprendrez bien un petit verre de sang chaud ?

 

Ce qui caractérise l’espèce humaine ne serait-il pas sa propension à se martyriser et à se suicider.

Après tout, ce que je constate, chez la plupart de nos dirigeants économiques et politiques, c’est qu’ils partagent cet « Après nous le Déluge » qui est la caractéristique de l’égoïsme et de la bêtise.

Rien à voir avec l’épicurisme qui est modération, contrôle de soi, et jouissance bien tempérée du temps présent.