Le temps des cerises n'aura pas lieu

A l'instar de ce que disait Jean Giraudoux à propos de la guerre de Troie, le climat vient de nous infliger une stérilisation des cerisiers dont la symbolique pourrait concerner la pseudo-commémoration du cent-cinquantenaire de la Commune de Paris...

...car hormis les initiatives courageuses, pertinentes et bienvenues d'une poignée de femmes*, le cambouis mémoriel des "72 Immortelles" n'a guère été remué, exploré, filtré, critiqué, actualisé !

Il s'agissait pourtant, 150 ans après cette atroce guerre civile qui a déchiré la société française, d'engager enfin une réflexion collective sur le bien-fondé de notre démocratie républicaine, sur ce qui devrait être, depuis le "Vive la nation !" de Valmy, le ciment de notre identité.

Il s'agissait aussi, de faire notre deuil de ce XXe siècle pourri, qui fût le théâtre de toutes les désillusions, de toutes les trahisons, et de toutes les horreurs !

Car il s'agissait enfin de retrouver le grand souffle tonique de la Révolution de 1789 en revivifiant les trois mots magiques de la devise républicaine : liberté, égalité, fraternité.

Or, cette magnifique occasion d'un ressourcement moral et civique a été manquée, non seulement suite au silence radio du pouvoir exécutif qui préfère honorer Napoléon plutôt que "la canaille", mais aussi par tous ceux qui restent englués dans la tradition bolchevique "communarde", en restant confits dans ces haillons de l'histoire qui nous empêchent de percevoir et de prendre en compte la juste mémoire communeuse ; elle nous permettrait de sortir des égouts politiciens où nous sommes en train de nous asphyxier.

Naturellement, les classes dominantes n'ont aucun intérêt à évoquer ce passé ignoble avec sa sauvage répression : d'ailleurs, la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre n'a-t-elle pas été édifiée pour symboliser l'expiation des "crimes" de la Commune ?

Mais cette présence d'un passé qui ne passe pas, reste un virulent traumatisme politique et sociétal car la cellule-souche républicaine née sur le terreau des débris du Second Empire était la cellule-souche d'une République sociale et fraternelle, qui était elle même l'aboutissement d'une prise du pouvoir par le peuple et pour le peuple, en accomplissant les voeux de la 2e République.

Un socialisme libertaire, fruit de toutes les pensées émancipatrices du XIXe siècle, de Babeuf à Bakounine et Arnould.

Il ne pouvait en être question ! Versailles a réagi en refusant toute négociation, puis en massacrant.

Que reste-t-il de ce phosphène révolutionnaire en 2021 ?

Une idée, salutaire et immortelle.

Jean A.Chérasse

Nb/ j'ai adressé les deux volumes des "72 Immortelles" à Monsieur Emmanuel Macron, qui m'en a accusé réception avec une note manuscrite : "je vais les lire"...

* Michèle Audin, Ludivine Bantigny, Céline Léger, Ceinna Coll, etc...)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.