Une société "encalaminée"

Sous l'emprise du faux-semblant, de la rumeur imbécile et du mensonge, la société française, tiraillée entre toutes les violences, offre le spectacle désolant du "radeau de la méduse" où chacun mouline sa propre partition en se persuadant qu'il est le seul à avoir raison, dans un imbroglio effrayant d'idées reçues et de lieux communs...

...et c'est ainsi que la police dite "républicaine" en arrive à se comporter comme les pires mercenaires coloniaux, sans songer une seconde aux prévisibles conséquences de ses actes inqualifiables.

Et tout le reste de notre triste actualité est entaché par ce qui est plus qu'une "bavure au cours de laquelle la police a déconné", le symbole du pourrissement de notre communauté nationale, avec sa loi de la jungle et son arrogance bourgeoise, l'impunité de la violence d'Etat, et la muselière imposée aux citoyens qui ne sont plus désormais que des sujets.

Il y a bien sûr la colère des manifestants dans 70 villes de l'hexagone et les protestations convenues des figures notables de l'opposition politique au macronisme régalien, mais à une encablure des fêtes de fin d'année qui s'annoncent grises et moroses, c'est la résignation qui s'est emparée de la population, telle un grand manteau mité et décoloré, dépourvu de ses housses de protection...

En effet, que peut-on faire contre cette légalité imposée, un pouvoir législatif pieds et poings liés à l'exécutif qui l'a installé dans le sillage de l'élection présidentielle, un ordre bourgeois fondé sur la partialité et l'injustice des classes possédantes avec son bouclier policier chargé de le maintenir, une bien-pensance dominante diffusée largement par tous les médias qui ne cesse d'irriguer l'opinion publique ?

Ce n'est ni la faute à Voltaire ni la faute à Rousseau...Sans faucille ni marteau !

Gavroche, il y a l'insurrection de la vie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.