Quand Gauchet interpelle à gauche...

A contrario des vaines tentatives de replâtrage politicien de "place publique", le directeur du "Débat" recentre la problématique du risorgimento de l'opposition de gauche française en publiant un "Robespierre" qui pourrait bien être le détonateur d'une nouvelle révolution...

Voici deux extraits de la conclusion de ce livre* :

"Si le Robespierre du Comité de salut public n'excite plus la ferveur, le Robespierre de la Constituante reprend relief et couleurs. Sa figure de défenseur inflexible des principes et de champion inconditionnel des droits du peuple acquiert une nouvelle actualité, en même temps qu'elle réactive la contradiction d'origine - guide inspiré ou démagogue pernicieux ? Elle lui insuffle une exemplarité, héroïque autant que contestée, à l'usage d'une histoire ouverte. Il n'a pas fini de parler à la postérité et de la diviser.

...

"La Révolution française a représenté la percée inaugurale d'une idée qui allait effectivement renouveler le monde, à ceci près que les conditions qui ont présidé à cette expérience fondatrice et qui l'ont investie d'une promesse prophétique ont en même temps rendu sa concrétisation impossible. Robespierre est l'homme en lequel cette radicalité régénératrice a trouvé son porte-parole le plus éloquent, en même temps que l'homme en lequel s'est incarné l'échec sanglant à l'inscrire dans le réel...Si l'épreuve de sa concrétisation est derrière nous comme tragédie, elle est plus que jamais devant nous comme problème. De l'éminente utilité, dans cette perspective, d'avoir une idée claire de l'épreuve-source. Elle éclaire à la fois le chemin parcouru et le chemin qui reste à parcourir."

On trouve toutes les amorces de réponses aux questions pertinentes de Marcel Gauchet dans l'excellente "Grande Révolution"** de Pierre Kropotkine mais ce travail exhaustif du géographe russe, anthropologue, géologue et théoricien du communisme libertaire, reste confidentiel depuis un siècle, car il indique des voies fécondes pour le grand combat de l'émancipation.

Je me limiterai à ceci : aujourd'hui où l'émergence des "gilets jaunes" vient de rendre obsolètes et inutiles les partis politiques d'une opposition dite de gauche à l'installation effrayante d'une démocrature sur notre territoire national, il est urgent de ressourcer toutes les idées humanistes et généreuses d'une vie économique organisée pour la gestion collective des biens communs afin de remettre le pays sur les rails humains d'une république sociale qui pourrait être le premier maillon d'une fédération européenne des démocraties...

Vaste chantier !

* aux éditions Gallimard : "Robespierre, l'homme qui nous divise le plus"

** Pierre Kropotkine "La grande Révolution, 1789/1793"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.