Qu'est-ce que le prolétariat ?

Le 31 décembre 1788, Emmanuel-Joseph Sieyès, plus connu comme étant "l'abbé Sieyès", qui avait été gravement humilié par Loménie de Brienne, publiait une brochure de cent-vingt-sept pages intitulée "Qu'est-ce que le tiers-état ?". Elle allait mettre le feu à la société française et contribuer ainsi à la chute de la monarchie...

...ce "brûlot Sieyès", qui marque le début de la prise du pouvoir politique par la bourgeoisie, inaugure un siècle de révolutions : je l'ai retenu comme fil rouge pour replacer dans la longue durée de l'histoire, mon essai sur les soixante-douze journées de la Commune de Paris.*

A l'instar de cette "clé de la Révolution française"**, un tract situationniste de Mai 68 me semble devoir être cité avant de quitter cette exécrable année 2020 et reprendre espoir :

"QUE PEUT

LE MOUVEMENT

REVOLUTIONNAIRE

MAINTENANT ?

TOUT

QUE DEVIENT-IL

ENTRE LES MAINS DES PARTIS

ET DES SYNDICATS ?

RIEN

QUE VEUT-IL ? LA REALISATION

DE LA SOCIETE SANS CLASSE

PAR LE POUVOIR DU

PROLETARIAT"

On pouvait lire aussi sur une brochure du C.A.R., distribuée le 2 juin 1968 à la Sorbonne :

"L'unité doit venir de la base et non d'un chef prématuré qui ne pourrait tenir compte maintenant des aspirations de tous les travailleurs... le mouvement ne saurait apporter sa caution à une opération de récupération du type Front populaire ou gouvernement de transition.. En effet les concessions de caractère matériel que nous pourrions obtenir ne modifieraient en rien le caractère scandaleux de la société actuelle. Elles seraient par ailleurs très vite absorbées par l'augmentation du coût de la vie organisée par le patronat...

L'absence aujourd'hui d'un chef à la tête de notre mouvement correspond à sa nature même. Il ne s'agit pas de savoir qui sera à la tête de tous mais comment tous formeront une seule tête. L'unité de ce mouvement  ne doit pas, et ne peut pas, venir de la présence prématurée d'une célébrité à sa tête mais de l'unité des aspirations des travailleurs.

C'est dans le cadre des comités de base que ces aspirations peuvent prendre une forme concrète grâce à des discussions faites en petits groupes. C'est ensuite que ces comités effaceront progressivement les différends inévitables qui auraient pu apparaître entre eux."

Aujourd'hui où le ferment révolutionnaire de la brochure "Qu'est-ce que le tiers-état ?" est encore présent dans l'air, tout en ne concernant que le "quart état" devenu le prolétariat ( c'est à dire l'immense majorité laborieuse de la société), j'espère que l'année qui vient ressemblera à celle que préfigurait l'abbé Sieyès !

En tout cas c'est le voeu que je formule pour 2021.

* cf le vol 2 de mon livre "Les 72 Immortelles"

** selon Jean-Denis Bredin, biographe de l'abbé Sieyès

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.