Linden Blossom : DU « LLANTO » au « RUBATO » : L’ÉLÉGANCE DE LA GRAVIDITÉ

Dans la célébration du paisible et du nécessaire tel le gai babilndu loriot et de la mésange, il y a ceux qui voient le monde « La tête bien sur les épaules » et ceux qui le voient « La tête en bas ». « Al diletto », comme mes copines les chauve-souris en gravidation, genre : « May I Disturb your universe with my Kickass » ?
  • DU « LLANTO » au « RUBATO » :

     

    L’ÉLÉGANCE DE LA GRAVIDITÉ

     

     

    Dans la célébration du paisible et du nécessaire tel le gai babil

    du loriot et de la mésange, il y a ceux qui voient le monde « La tête bien

    sur les épaules » et ceux qui le voient « La tête en bas ». « Al diletto »,

    comme mes copines les chauve-souris en gravidation, genre :

  •  

    « May I Disturb your universe with my Kickass » ?

     

    Ou comme dit Shakespeare « Bias and Thwart », de biais et de travers.

     

    Ou aussi dérangeant Duchamp avec sa « Mariée descendant l’escalier »

    en écho aux comiques américains style :

    « L’homme qui mangeait son chapeau ».

    Tout cela reste sans risque sérieux.

     

    Quand on parle missiles balistiques ou chute du dollar, c’est autre

    chose…

    Et si ces charmants hurluberlus, ces petits canaillous qui jonglent

    entre la Lyre et le bouclier avec la légèreté de la « Sprezzatura » chère à

    l’homme de cour moulé selon Balthazar Gracian assuraient comme çà,

    mine de rien, la survie du corps en le débarrassant de son excédent

    d’entropie ?

    Et si ces doux rêveurs et buveurs de lune, bref ces poètes, étaient les

    vecteurs d’un système d’informations « non manifestées », c’est à dire à

    l’état de potentialité, immatériels outils de quantisation par excellence

  •  

    2

    car leur fonction est de conduire notre regard de l’intime à l’extime, du

    manifesté vers le non manifesté de l’objet (particules-molécules ) c’est à

    dire quantique ?

     

    Le poète tout comme le musicien n’est-il pas plaque de réfraction,

    reliant le Ciel et la Terre en actualisant par syntonisation les structures

    vibratoires intimes de l’Espace-Temps à la même fréquence que la

    réalité de nos désirs ?

     

    En occident c’est le fou du Roi qui joue à s’amuser avec les

    espace-temps, qui fait trembler les lignes, exploser les codes et

    conventions sociales : on est en « Gaming Zone », quasi virtuel. Le « je

    » devient jeu,

    Fait du slalom entre tu, nous, vous, ils.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.