LINDEN BLOSSOM : LA MIGRANCE D’ORPHÉE

LA MIGRANCE D’ORPHÉE Ou LA PUISSANCE DE L’IRRATIONEL Vous l’avez compris, quand on me laisse la bride sur le cou vous me livrez pieds et poings liés à mes «Daïmons». Née dans le chaudron du diable, comme Brahma dans la cellule, Ma plume vibre de toute sa puissance hiéroglyphique et fait la folle.
  • LA MIGRANCE D’ORPHÉE

    Ou

    LA PUISSANCE DE L’IRRATIONEL

    Vous l’avez compris, quand on me laisse la bride sur le cou vous

    me livrez pieds et poings liés à mes «Daïmons». Née dans le chaudron

    du diable, comme Brahma dans la cellule, Ma plume vibre de toute sa

    puissance hiéroglyphique et fait la folle. Hors de toute référence avec

    une astéroïde de glace elle se la joue «Class» en flirtant effrontément

    avec le côté obscur de l’irrationnel. Maintenant, libre à vous de

    m’imaginer comme un clone fabriquée de cellules croisées de la Pythie

    de Delphes avec celles de Panzoult! Grandie à l’ombre de la

    «Devinière» l’âme de Rabelais a dû me frôler d’un coup d’aile ivre!

    C’est au contact de ses patients, au milieu des psychoses et

    des névroses que C.G. Jung avait acquis à son insu ses premières

    notions empiriques d’hermétisme, rapportant dans la durée au même

    principe les productions de ses malades et celles des vieux maîtres.

    Ce qui ne manqua pas de polémiquer avec ceux qui ne veulent rien avoir

    de commun avec les handicapés et les pêcheurs.

    Le plus sûr moyen de ne jamais trouver la « Pierre»… Alors que les

    «intuitifs» se souciaient peu des disputes érudites, car ils sentaient

    9

  • vibrer dans les livres légués par Moïse, Salomon ou Orphée la Présence

    immortelle qui rayonne de ces noms!

    Sur le versant «À Plus-Hault-Sens», Rabelais avait aussi en son temps

    illustré cette même vérité: n’est-ce point le «fol» qui, après moult

    consultations conseille à Panurge de regarder en lui, car là seule gît la

    vérité!

    De nos jours la physique quantique s’est imposée dans la symphonie du

    monde. Et nous savons que le «Phénix» ne laisse de sa présence

    qu’une simple plume. Car l’oiseau qui renait de ses cendres n’est qu’une

    énergie! Comme l’ont bien vu V.Hugo ou Goethe:

    «Sils avaient la Pierre des Sages,

    Le Sage manquerait à la Pierre».

    Or la plume n’est pas sans rapport avec l’hyéroglyphe: elle figure à elle

    seule l’aile et aussi l’oiseau. Elle est encore la «rame» qui a cessé de

    «Labourer le dos stérile de la mer» et qu’Ulysse devra reprendre une

    fois encore après avoir retrouvé sa patrie sa femme. Il l’emportera mais

    «retournée», dressée dans ses mains, à travers des pays dont les

    habitants ne connaissent pas « ces aile des navires», demandant:

    «Quelle est donc cette «Pelle à vanner» que tu portes sur ton illustre

    épaule?»

    C’est là, qu’Ulysse comprendra que son labeur est terminé: il

    fixera au sol son instrument désormais devenu axe, arbre, palme et

    entrera enfin dans son repos.

    Ce que je fis.

    La lueur dans le regard du migrant devenant au cours de mon

    exercice«Lumière information», l’élevait soudain au niveau d’une

    «épiphanie», propre aux exercices initiatiques.

    Depuis le souhait du compagnon «Warrior» du Prophète Mahomet,

    Khalid-Ibn-Wali:

    «I Bring The Men who desire death as ardently as you desire life»,

    jusqu’à celui du Poète Cocteau:

    «Nous sommes Lumière gelée, vivement le dégel»

    10

  • C’est cette même Vérité alchimique qui impose son rayonnement…

    Linden Blossom

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.