LINDEN BLOSSOM : Albert Londres ou l’œil à mil facettes

Par la violence de ses dénonciations, Terre d'ébène, livre écrit par Albert Londres en 1927, suscitera de furieuses polémiques et démentis violents...

Porter la plume dans la plaie Tartass ou le coiffeur à pédale

Je suis Tartass.

Un petit coup de tondeuse dans le cou, une légère promenade de mes ciseaux autour de vos oreilles, voilà qui vous change un homme et vous le rend agréable à contempler.

Je viens de Mézin https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9zin, capital des bouchons, je me nomme Armand Fallières.

Mais que diable est-il venu faire dans cette galère de brousse africaine ?

La pré-science de Rabelais, par la bouche de Pantagruel, nous avait déjà donné la réponse : "Suis ton cœur et le Ciel fera le reste" !

C'est ce que fit Armand Fallières...

Bien mal lui en prit, en prenant femme, il fut cocu et s'exila dans la brousse africaine.

Tartass est aimé.

"A new star is born" 

Il a des yeux, des oreilles, de l'odorat.

Tartass, voit, entend, sent, TOUT.

Millionnaire, homme politique, défenseur des Blanc et des Noirs, car l'indigène,c'est Tartass qui vous le dit, est encore moins crapule que nous autres, voilà comment, après dix-neuf ans d'exil, je me présenterai bientôt à la ville de Paris.

- Eh bien ! au revoir, lui dis-je.

Il reprit sa bécane.

- Je serai élu, c'est peu de chose, c'est Tartass qui vous le dit. Ça va ! Ça va ! Je suis content ! bien content !

-Tartass ne vous a pas menti, me dirent le soir même, les notables de Bamako. Il est en effet millionnaire, et nous le présentons à l'élection de délégué. Hélas ! nous n'avons pas grand espoir. La colonie ne comprend plus la plaisanterie. Autrefois, il eût passé triomphalement, mais autrefois on avait de l'esprit et nous savions nous amuser. Enfin, attendons ! Ne pourriez-vous nous aider dans cette petit fantaisie ?

Le lendemain, je quittais Bamako. J'allais courir le Soudan et la Haute-Volta. On pouvait voir derrière mon automobile un large calicot blanc :

VOTEZ POUR TARTASS !

ÇA VA ! ÇA VA !

JE SUIS CONTENT ! BIEN CONTENT !

Porter la plume dans la plaie Tartass ou le coiffeur à pédale

Je suis Tartass.

Un petit coup de tondeuse dans le cou, une légère promenade de mes ciseaux autour de vos oreilles, voilà qui

vous change un homme et vous le rend agréable à contempler.

Je viens de Mézin https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9zin, capital des bouchons, je me nomme Armand

Fallières.

Mais que diable est-il venu faire dans cette galère de brousse africaine ?

La pré-science de Rabelais, par la bouche de Pantagruel, nous avait déjà donné la réponse : "Suis ton cœur et le

Ciel fera le reste" !

C'est ce que fit Armand Fallières...

Bien mal lui en prit, en prenant femme, il fut cocu et s'exila dans la brousse africaine.

Tartass est aimé.

"A new star is born"

Il a des yeux, des oreilles, de l'odorat.

Tartass, voit, entend, sent, TOUT.

Millionnaire, homme politique, défenseur des Blanc et des Noirs, car l'indigène,c'est Tartass qui vous le dit, est

encore moins crapule que nous autres, voilà comment, après dix-neuf ans d'exil, je me présenterai bientôt à la

ville de Paris.

- Eh bien ! au revoir, lui dis-je.

Il reprit sa bécane.

- Je serai élu, c'est peu de chose, c'est Tartass qui vous le dit. Ça va ! Ça va ! Je suis content ! bien content !

-Tartass ne vous a pas menti, me dirent le soir même, les notables de Bamako. Il est en effet millionnaire, et nous

le présentons à l'élection de délégué. Hélas ! nous n'avons pas grand espoir. La colonie ne comprend plus la

plaisanterie. Autrefois, il eût passé triomphalement, mais autrefois on avait de l'esprit et nous savions nous

amuser. Enfin, attendons ! Ne pourriez-vous nous aider dans cette petit fantaisie ?

Le lendemain, je quittais Bamako. J'allais courir le Soudan et la Haute-Volta. On pouvait voir derrière mon

automobile un large calicot blanc :

VOTEZ POUR TARTASS !

ÇA VA ! ÇA VA !

JE SUIS CONTENT ! BIEN CONTENT !

De nos jours, la déesse de la PLAISANTERIE comme le phénix, renaît de ses cendres : combien de Tartass,

combien de grands artificiers, n'agitent t-ils pas leur grelots nommés missiles balistiques, mensonges d'état,

manipulations machiavéliques, que par détournement mythique et épiphanique ils baptisent tantôt «Opération

Trinité» réalisée par Oppenheimer comme célébration de l’apparition du fils des modernes philosophes reprise

d’une parole millénaire de la Bhagavad- Gita : «Divi Surya-sharasya», saluant la manifestation d’un Dieu,

finalement actualisée à Eniwetok déclenchant l’Énergie rayonnante du soleil, ou, plus près de nous, l’opération

"THE RISE OF ISIS" concrètement l’intervention américaine en Irak, d’où a découlé Daesh, le tout sur fond

De nos jours, la déesse de la PLAISANTERIE comme le phénix, renaît de ses cendres : combien de Tartass, combien de grands artificiers,  n'agitent t-ils pas leur grelots nommés missiles balistiques, mensonges d'état, manipulations machiavéliques, que par détournement mythique ils baptisent "THE RISE OF ISIS" ?

51oiAMocmbL._SX318_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.