Une mémoire de ceux qui ont dit « non à la fatalité, et oui à la liberté »...

En ce 10-Juillet, Vichy est restée fidèle à la mémoire de ceux qui ont dit « non à la fatalité, et oui à la liberté », jour placé, en ce qui me concerne, sous l'Esprit Quantique de Catherine, fille de Jean Zay

En ce 10-Juillet, Vichy est restée fidèle à la mémoire de ceux qui ont dit « non à la fatalité, et oui à la liberté » 

A Vichy, recueillement et dépôt de gerbes devant l'Opera en hommage aux 80 parlementaires ayant dit non à Pétain © Agence VICHY

Un an après une cérémonie de 80e anniversaire à la résonance particulière, notamment marquée par la présence du président du Sénat Gérard Larcher, Vichy est restée fidèle à son œuvre de mémoire en ce 10-Juillet. 

La mémoire, en l’occurrence, des 80 parlementaires ayant refusé de céder les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, en ce jour d’été 1940.

Plusieurs gerbes ont été déposées au pied de la plaque commémorative située sur le parvis de l’Opera, là même où, il y a 81 ans désormais, des parlementaires « ont par la force de leur jugement dit non à la fatalité, et oui à la liberté », comme énoncé par Joseph Blethon, président du Comité en l’honneur des 80 parlementaires.

Une invitation mémorielle lancée à l'Elysée

Le maire de Vichy Frédéric Aguilera, voyant dans cette cérémonie « un hommage à la démocratie », a lui rappelé « que le long processus d’acceptation des responsabilités de l’État Français » était loin d’être terminé.

La collaboration, « cette honte nationale, est inscrite à jamais dans notre histoire de France. 

Une ignominie née au sein même des institutions de la République. Une ignominie que la France ne digère que trop lentement », a relevé l'édile vichyssois, renouvelant son souhait de voir un jour un président de la République venir à Vichy « pour poursuivre ce processus de reconnaissance de la responsabilité de l’État ».

Et en finir, par la-même, avec la notion ciblée de « Régime de Vichy ».

« Ceux qui refusent de nommer " État Français " cette page de notre histoire, empêchent d’ancrer définitivement notre responsabilité »
vichy-hommage-aux-80-parlementaires_5503823.jpegFréderic Aguilera (Maire de Vichy)

« J’ai la conviction que ceux qui refusent de nommer clairement «État Français » cette page de notre histoire, empêchent d’ancrer définitivement notre responsabilité. Un ancrage pourtant indispensable pour le devoir de mémoire, indispensable pour éviter de reproduire nos erreurs », a rajouté Frédéric Aguilera lors de sa prise de parole.  

Quant au préfet Jean-Francis Treffel, il a rappelé le « courage et l’honneur » de ces 80 parlementaires, deux vertus « qui vont bien à notre République ».

Pierre Geraudie

https://www.lamontagne.fr/vichy-03200/actualites/en-ce-10-juillet-vichy-est-restee-fidele-a-la-memoire-de-ceux-qui-ont-dit-non-a-la-fatalite-et-oui-a-la-liberte-_13982424/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.