Linden Blossom : Spianato Cantabile

Le doux babil du loriot et de la mésange soudain reverdi par le silence du confinement faisait si douce et plaisante harmonie que le gai bavardage des fréquences entre l’appeau du Grand Vizir et le pipeau du Monarque "Spianato Cantabile » avec une audace tranquille entre le glacial esprit systémique et le brasillement sensoriel des polyphonies alchimiques.

DU RUISSELLEMENT DE L’ÊTRE

QUANTIC RHYTHMIC PLASTICITY

Le doux babil du loriot et de la mésange soudain reverdi par le

silence du confinement faisait si douce et plaisante harmonie que le gai

bavardage des fréquences entre l’appeau du Grand Vizir et le pipeau du

Monarque semblait avoir trouvé son rythme plastique ou « Life-style » en

slalomant « Spianato Cantabile » avec une audace tranquille entre le

glacial esprit systémique et le brasillement sensoriel des polyphonies

alchimiques.

Cette liberté heureuse du paisible et du nécessaire chère à

Montaigne surfant allègrement « Al Diletto » sur les lames de fond d’un

Covid déchainé autant qu’imprévisible enveloppait d’un halo quasi

mystique l’emprise de cette fragilité souveraine que certains esprits

frappeurs ne manquaient pas de fustiger.

Et pourtant ce n’était pas l’absence de fusées et autres missiles

balistiques pleuvant à flux tendu sur le Royaume qui manquait !

Entre les haines raciales ou historiques ou économiques « Vanner le bon

grain de l’ivraie » semblait diabolique.

Une certaine expérienceuse en droit proposa le baril de dynamite d’une

loi qui inviterait à supprimer tout message à caractère racial, haineux,

bref tout un pan de liberté sociales durement acquises, et principalement

la sacrosainte liberté d’expression.

Aussitôt une levée de boucliers chez l’Oncle Sam ne tarda pas à se

manifester mettant le feu aux poudres médiatiques.

2

Après les tragédies de Charlie hebdo le sujet avait été largement

commenté et analysé.

Sans toutefois être actualisé de façon tranchée…

Car sur quels critères s’adosser pour vouloir imposer cette loi Avia ?

Quand on sait l’extrême complexité de pensées offerte en pâture à

ceux qui désirent aller plus loin dans la recherche d’une vérité

universelle, depuis le début de l’homo sapiens jusqu’à la physique

quantique en passant par Heidegger et les expérienceurs mystiques, les

visionnaires extragalactiques en miroir avec l’Intelligence artificielle et

ses algorithmes impuissants face à un virus diabolique, on ne peut que

demeurer humble.

Les réseaux sociaux où se côtoient allègrement les platitudes les plus

affligeantes de l’Ego avec les fulgurances d’esprits géniaux laissent à

méditer… Et butteront toujours sur le même mystère :

Nous sommes le champ !

Astrophysiciens ou cosmologues tout comme les chercheurs

subatomiques se heurtent au fait que l’objet, l’Univers ou leur cerveau

de leur étude « fait partie » d’eux mêmes !

Comme la physique l’illustre : nous avons tous les ingrédients pour faire

la Vie et elle ne se fait pas !

La Conscience est insaisissable et irréductible !

Le principe d’énantiodromie cher aux sagesses chinoises et orientales

A fait ses preuves depuis les abîmes du Temps…

Et la « Conscience Intuitive Extraneuronale » nous guide !

Rappelons nous ce fou de Richard Feydman :

« La physique et la chimie n’ont rien à voir avec la Conscience ».

La VIE est ce baiser cosmique de la matière avec la Conscience.

Linden BLOSSOM

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.